La Liberté

12.02.2019

Thyssenkrupp avance dans sa scission, bénéfice en nette hausse

Sur le plan opérationnel, Thyssenkrupp a enregistré un bénéfice (Ebit) ajusté des éléments comptables exceptionnels en baisse de 129% à 296 millions d'euros (archives). © KEYSTONE/AP/MARTIN MEISSNER
Sur le plan opérationnel, Thyssenkrupp a enregistré un bénéfice (Ebit) ajusté des éléments comptables exceptionnels en baisse de 129% à 296 millions d'euros (archives). © KEYSTONE/AP/MARTIN MEISSNER


12.02.2019

Thyssenkrupp a affiché une nette hausse de son bénéfice au 1er trimestre. Le groupe allemand prévoit un vote en janvier 2020 sur sa scission en deux entreprises, l'une étant active dans la sidérurgie et l'autre regroupant les autres activités industrielles.

Le bénéfice net part du groupe s'est élevé à 136 millions d'euros (152,5 millions de francs) sur le premier trimestre de son exercice décalé 2018/2019, a indiqué mardi Thyssenkrupp. Un auparavant, il n'avait atteint que 81 millions d'euros.

Entre octobre et décembre, le chiffre d'affaires du géant, qui fabrique aussi bien des sous-marins que des ascenseurs ou des matériaux de construction, a avancé de 2% à 9,74 milliards d'euros, légèrement au-dessus des attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services Factset.

Mais sur le plan opérationnel, Thyssenkrupp a enregistré un bénéfice (Ebit) ajusté des éléments comptables exceptionnels en baisse de 129% à 296 millions d'euros. "Nous devons insister beaucoup plus sur la performance dans l'ensemble de nos secteurs", a regretté Guido Kerkhoff, le nouveau patron de Thyssenkrupp dans un communiqué.

Des coûts plus élevés des matières premières ont pesé sur les marges d'exploitation de Thyssenkrupp. Le groupe rhénan dit, comme au dernier trimestre, avoir eu des difficultés d'approvisionnement liées à la baisse du niveau du Rhin après la sécheresse estivale.

Poursuite de l'embellie

Mais Thyssenkrupp voit l'éclaircie se poursuivre, malgré "de plus en plus d'incertitudes politiques et économiques". L'industriel maintient ses prévisions pour 2018/2019, avec un EBIT au-dessus d'un milliard d'euros et un bénéfice net en hausse significative, notamment grâce aux "effets positifs de la fusion dans l'acier".

Ce pôle acier Europe, en passe de fusionner avec le géant indien Tata pour contrer la déferlante de l'acier chinois et devenir le numéro deux européen derrière Arcelor Mittal, a enregistré des ventes stables sur un an (2,13 milliards d'euros). Thyssenkrupp attend encore pour finaliser le projet le feu vert de la Commission européenne, dont chaque décision est scrutée de près depuis le rejet du mariage entre Alstom et Siemens.

L'industriel, sous la pression d'actionnaires activistes, avait annoncé fin septembre un projet de scission du conglomérat en deux groupes, "Industrie" (ingénierie) et "Matériaux" (acier et chantiers naval). Les deux groupes prendront forme "début 2019" et le vote final en AG aura lieu en janvier 2020, a indiqué mardi Thyssenkrupp.

ats, awp, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00