La Liberté

26.04.2019

Ueli Maurer défend les controversées routes de la soie de Pékin

L'initiative chinoise de créer des "nouvelles routes de la soie" est "probablement le plus gros projet d'investissement de notre siècle", selon le président de la Confédération Ueli Maurer (archives). © KEYSTONE/KEYSTONE POOL/ENNIO LEANZA
L'initiative chinoise de créer des "nouvelles routes de la soie" est "probablement le plus gros projet d'investissement de notre siècle", selon le président de la Confédération Ueli Maurer (archives). © KEYSTONE/KEYSTONE POOL/ENNIO LEANZA


26.04.2019

Avant le début du sommet des "Nouvelles routes de la soie" à Pékin, Ueli Maurer défend le méga-projet chinois controversé. Selon le président suisse, les milliards investis de par le monde créent des emplois et de la sécurité. Et prospérité rime avec stabilité.

Avec cette initiative la Chine sert certainement aussi ses propres intérêts, affirme le ministre des Finances de 68 ans lors d'un entretien avec la Neue Zürcher Zeitung, diffusé vendredi. Si l'on ne peut le contester, on ne peut non plus le reprocher à la Chine. Car c'est le cas pour toutes les grandes économies nationales, complète-t-il.

Chefs d'Etats et de gouvernement ainsi que représentants d'une centaine de pays sont attendus ce vendredi à Pékin pour le deuxième sommet dédié aux "Nouvelles routes de la soie". Le projet vise à améliorer les liaisons commerciales entre l'Asie, l'Europe, l'Afrique et au-delà. Elle prévoit la construction de ports, de lignes ferroviaires, d'aéroports ou de parcs industriels pour plus de 1000 milliards de dollars. Les sceptiques soulignent les risques d'endettement pour les pays plus pauvres qui bénéficient de prêts ainsi que d'alignement politique avec la Chine.

Ueli Maurer, qui s'est envolé lundi pour Pékin avec des représentants des milieux de l'économie et de la finance, estime que les critiques des Etats-Unis, de la France et de l'Allemagne à l'égard de ce projet sont légitimes. "Mais la Suisse est un Etat neutre et indépendant. Nous agissons en suivant ce qui nous paraît juste".

Maurer veut influencer le projet

Il est bon de critiquer, explique le conseiller fédéral UDC. "Mais seulement critiquer ne peut pas être la solution. A un moment donné, il faut se demander si l'on veut empêcher un développement économique ou si l'on veut y prendre part et exercer une influence. Et je pense qu'il vaut mieux s'impliquer et vouloir changer un projet d'une manière positive".

Lors du sommet, il est prévu que la Suisse et la Chine signent une déclaration d'intention concernant la coopération sur les marchés tiers. Cet accord a pour objectif de développer la collaboration des deux Etats en matière de commerce, d’investissement et de financement de projets dans des pays situés le long des nouvelles route de la soie.

Selon ses propres dires, Ueli Maurer compte recommander à la Chine de respecter cinq principes chers à la Suisse : capitaux privés pour les projets privés, responsabilité sociale, critères de protection de l'environnement, transparence et gestion durable de la dette.

Enfin, le Zurichois appelle à ne pas avoir des attentes exagérées de ce sommet. "Je ne placerais pas la barre trop haut. Jusqu'à présent, l'initiative chinoise officiellement appelée "la Ceinture et la Route" s'est limitée à être une grande idée. C'est d'ailleurs probablement le plus gros projet d'investissement de notre siècle. Cette idée devient simplement plus concrète."

ats, dpa

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00