La Liberté

18.08.2018

Un adieu sobre aux victimes de Gênes et des promesses

La moitié des familles des victimes ont choisi de ne pas participer à ces funérailles, en pointant la responsabilité de l'Etat dans le drame. © KEYSTONE/EPA ANSA/LUCA ZENNARO
La moitié des familles des victimes ont choisi de ne pas participer à ces funérailles, en pointant la responsabilité de l'Etat dans le drame. © KEYSTONE/EPA ANSA/LUCA ZENNARO
Le président de la République italienne Sergio Mattarella a dénoncé "une tragédie inacceptable". © KEYSTONE/EPA QUIRINAL PRESS OFFICE/FRANCESCO AMMENDOLA / HANDOUT
Le président de la République italienne Sergio Mattarella a dénoncé "une tragédie inacceptable". © KEYSTONE/EPA QUIRINAL PRESS OFFICE/FRANCESCO AMMENDOLA / HANDOUT
L'archevêque de Gênes, Angelo Bagnasco, bénit le cercueil d'un enfant de neuf ans mort dans la catastrophe. © KEYSTONE/AP/GREGORIO BORGIA
L'archevêque de Gênes, Angelo Bagnasco, bénit le cercueil d'un enfant de neuf ans mort dans la catastrophe. © KEYSTONE/AP/GREGORIO BORGIA
La voiture retrouvée transportait une famille de trois personnes, toutes portées disparues depuis mardi (archives). © KEYSTONE/AP ANSA/LUCA ZENNARO
La voiture retrouvée transportait une famille de trois personnes, toutes portées disparues depuis mardi (archives). © KEYSTONE/AP ANSA/LUCA ZENNARO


18.08.2018

L'Italie a rendu hommage samedi aux victimes de la catastrophe de Gênes lors de funérailles nationales boycottées par la moitié des familles. La société gestionnaire du pont a promis 500 millions d'euros pour aider les victimes et reconstruire l'ouvrage.

Le bilan du drame s'élève désormais à 40 morts confirmés - après le décès d'un blessé roumain et la découverte du corps d'un ouvrier gênois dans les décombres - ainsi que trois autres probables, un couple turinois et leur fillette de neuf ans dont la voiture a été retrouvée à l'aube écrasée par un bloc de béton.

Il n'y a plus de disparu signalé aux autorités, mais les pompiers ont assuré qu'ils poursuivraient leurs recherches dans l'amas de béton et de ferraille en contrebas du pont.

Une messe pour 19 des victimes a été célébrée par l'archevêque de Gênes, le cardinal Angelo Bagnasco, au Centre des expositions et du commerce de la cité portuaire. La cérémonie s'est déroulée en présence des plus hauts responsables de l'Etat et de milliers d'habitants de la ville.

Les pompiers, secouristes et policiers ont été accueillis par des applaudissements à leur arrivée au parc des expositions dans lequel les cercueils des victimes étaient exposés devant un autel provisoire. De longs applaudissements ont aussi salué la lecture des prénoms des 38 morts identifiés et l'évocation des dernières victimes encore non identifiées.

Prière islamique

La cérémonie a été marquée par un temps de prière islamique pour deux Albanais musulmans. Dans un pays où l'extrême droite est au pouvoir et où les violences verbales et physiques se multiplient contre les étrangers, un imam a mené quelques minutes de prière en silence, ponctuées de quatre "Allah Akbar" résonnants.

Tous les plus hauts responsables de l'Etat étaient présents, mais aussi les principaux dirigeants d'Autostrade per l'Italia, , la société gestionnaire de l'autoroute effondrée.

"C'est une tragédie inacceptable", a fait valoir à la télévision le président Sergio Mattarella, les yeux rouges, après la fin de la cérémonie, évoquant son engagement "à ce que des enquêtes rapides et rigoureuses aboutissent à des condamnations".

"Mon fils a été assassiné"

Les familles d'une partie des victimes ont cependant choisi de ne pas participer à la cérémonie. Certaines ont préféré des funérailles plus intimes et dans leur ville, d'autres ont clairement annoncé un boycott.

"Mon fils a été assassiné", a répété vendredi sur toutes les ondes le père de l'un des quatre jeunes de Torre del Greco, près de Naples, morts sur la route de leurs vacances, en pointant la responsabilité de l'Etat.

"On ne doit pas mourir de négligence, d'incurie, d'irresponsabilité, de superficialité, de bureaucratisme", a martelé l'archevêque de Naples, Crescenzio Sepe, dans son homélie lors des obsèques des quatre jeunes, célébrées vendredi comme pour d'autres victimes à travers l'Italie.

Drapeaux en berne

Pour cette journée de deuil national, les photos souriantes et les destins brisés des victimes s'affichaient dans tous les journaux italiens. Dans tout le pays, les drapeaux étaient en berne et l'éclairage de nombreux monuments, dont le Colisée à Rome, devait s'éteindre dans la soirée.

Un demi-milliard d'euros

Face à l'émotion et à la colère, le gouvernement a attaqué la société autoroutière Autostrade per l'Italia. Il a officiellement adressé un courrier à Autostrade en vue de révoquer la concession de la société sur le tronçon du pont, donnant 15 jours à la société pour répondre.

Dans une conférence de presse à Gênes, les dirigeants d'Autostrade n'ont pas souhaité réagir à cette décision mais ont promis "un demi-milliard d'euros disponibles dès lundi" pour aider la ville et les victimes.

Cette somme comprend des "millions d'euros" pour les proches des victimes, mais aussi un fonds avec "des dizaines de millions d'euros" géré par Gênes pour reloger les habitants dont les immeubles sous le pont sont condamnés.

Elle inclut aussi un projet de démolir ce qui reste du pont et d'en reconstruire un autre en acier "en huit mois" à partir du feu vert des autorités au projet.

ats, afp, reu

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00