La Liberté

13.08.2018

Un an après, aucune trace des victimes de l'éboulement à Bondo (GR)

Un an après l'éboulement du 23 août 2017, la commune de Bregaglia (GR), dont fait partie Bondo, s'est préparée au mieux contre de nouveaux mouvements de la montagne (archives). © KEYSTONE/GIANCARLO CATTANEO
Un an après l'éboulement du 23 août 2017, la commune de Bregaglia (GR), dont fait partie Bondo, s'est préparée au mieux contre de nouveaux mouvements de la montagne (archives). © KEYSTONE/GIANCARLO CATTANEO


13.08.2018

Un an après, les huit victimes de l'éboulement meurtrier du 23 août 2017 dans le vallon de Bondo (GR) sont toujours portées disparues. Depuis juillet, le Piz Cengalo bouge à nouveau, avec le risque de nouveaux glissements de terrain et de coulées.

"Bregaglia pense aux huit victimes et à leurs familles ainsi qu'aux nombreuses personnes touchées par la catastrophe naturelle", a déclaré lundi Anna Giacometti. La maire de Bregaglia, dont fait partie le village de Bondo, s'exprimait à l'occasion d'une cérémonie commémorative tenue dans la localité de Stampa.

"L'ampleur des destructions a été énorme", a dit à ses côtés Guy Parmelin. Mais ses suites ont été gérées avec succès du fait de la coopération entre la Confédération, le canton des Grisons et la commune, a fait valoir le conseiller fédéral.

La Suisse pourrait s'inspirer de cette coopération pour la protection de la population. "Notre système de milice a une fois de plus fait ses preuves", a souligné le chef du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS). Il a exprimé ses remerciements pour la grande solidarité suisse avec les personnes affectées par la catastrophe à Bondo.

Glissement pas exclu

Depuis les événements de l'été 2017, le système d'alarme existant a été renforcé. Désormais, le Piz Cengalo est surveillé en permanence à l'aide de radars et de caméras et la situation est continuellement évaluée par des experts, a expliqué le membre de l'exécutif grison Christian Rathgeb.

Pendant l'hiver et jusqu'en juillet, aucun mouvement de roches important n'a été mesuré. Toutefois, de récents relevés montrent qu'environ 3 millions de mètres cubes de roches se déplacent à nouveau depuis juillet, selon les autorités, soit une masse équivalente à celle qui s'est effondrée voici près d'un an.

Si les mouvements se poursuivent cet été, un glissement de terrain de plus d'un million de mètres cubes ne peut pas être exclu. Tous les sentiers de randonnée du vallon de Bondo sont actuellement fermés.

Protection définitive

La commune s'est préparée au mieux contre d'éventuels mouvements de la montagne à Bondo. Un plan d'urgence a été élaboré en collaboration avec les autorités cantonales. La population a été informée en détail du comportement en cas d'accident. Si l'accès au village est à nouveau menacé, la route d'urgence reste accessible à l'armée par un pont de fortune.

En collaboration avec le canton, Bregaglia travaille sur un concept de protection définitive pour la zone de Bondo, Spino, Sottoponte et Promontogno ainsi que pour les futures liaisons routières. Son coût approximatif est de 23 millions de francs, selon un communiqué de la commune.

Dans ses vastes efforts de reconstruction, la commune grisonne a été soutenue par le canton, la Confédération ainsi que par une vague de solidarité sans précédent. La Chaîne du Bonheur, mais aussi l'organisation de parrainage des communautés de montagne et la commune elle-même ont reçu des dons à hauteur de près de 14 millions de francs.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00