La Liberté

12.09.2019

Un ancien président du Grand Conseil écope de la prison ferme

L'ancien député a été reconnu coupable d'avoir détourné à son profit environ 4 millions de francs (archives). © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
L'ancien député a été reconnu coupable d'avoir détourné à son profit environ 4 millions de francs (archives). © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI


12.09.2019

L'ex-président du Grand Conseil genevois Renaud Gautier a été condamné, jeudi à Genève, à 3 ans de prison, dont un an ferme. Il a été reconnu coupable d'escroquerie, de faux dans les titres, d'abus de confiance aggravé et de gestion déloyale aggravée.

L'ancien député, âgé aujourd'hui de 67 ans, a notamment détourné plus de 3,2 millions de francs des comptes de sa tante qui l'avait mandaté pour gérer sa fortune. Il a utilisé cet argent prélevé illégalement, selon le jugement du Tribunal correctionnel, pour couvrir ses charges et assurer son train de vie.

Il a aussi puisé, alors qu'il était député, des milliers de francs dans les caisses de la Fondation pour l'agrandissement du Musée d'art et d'histoire, en falsifiant la signature du président. Il était aussi poursuivi pour avoir effectué des placements à hauts risques pour le compte de cousins sans les en informer.

Le Tribunal correctionnel, lors de l'énoncé du verdict, a reconnu que le prévenu avait été profondément marqué par le décès de sa fille, voilà quelques années, mais il a estimé que, malgré son chagrin, sa responsabilité dans les actes qu'il avait commis était pleine et entière.

L'ex-député ne peut pas justifier son comportement passé comme étant la conséquence de la dépression dont il a souffert, ont considéré les juges. Le prévenu a agi par "appât du gain facile". Sa volonté délictuelle a été "intense", car ses agissements se sont prolongés pendant dix ans.

Une tante aimée

La faute de l'accusé est grave. Il s'en est notamment pris au patrimoine de sa tante, une personne qu'il considérait pourtant comme sa mère de substitution, a relevé le tribunal. Une rigueur particulière était par ailleurs attendue d'un député qui prônait la rigueur budgétaire quand il siégeait au Parlement.

Les avocats de Renaud Gautier doivent encore décider, avec leur client, si un recours sera déposé contre ce jugement. Ils ont estimé, à l'issue de l'audience, qu'il était encore trop tôt pour se prononcer sur la question.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00