La Liberté

06.03.2018

Un échec cuisant pour le Paris Saint-Germain

Cristiano Ronaldo vient de frapper: le rêve est passé pour le PSG. © KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT
Cristiano Ronaldo vient de frapper: le rêve est passé pour le PSG. © KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT


06.03.2018

Le 117e but de Cristiano Ronaldo en Ligue des Champions a brisé le rêve du Paris Saint-Germain. Tant espérée depuis trois semaines, le remontada contre le Real Madrid n'a pas eu lieu.

Victorieux 3-1 du match aller dans son antre de Bernabeu, le double tenant du titre n'a pas vraiment tremblé au Parc des Princes où il s'est imposé 2-1 pour se hisser bien tranquillement en quart de finale de cette Ligue des Champions qui le sublime tant. Dans la lignée d'une première mi-temps parfaitement maîtrisée, le Real Madrid a frappé d'une manière létale à la 50e minute. Après un ballon perdu de Daniel Alves devant Asensio, Lucas Vazquez pouvait trouver la tête de Cristiano Ronaldo au second poteau.

Bien sûr, l'absence de Neymar a pesé très lourd dans ce match retour. Sans l'homme qui vaut 222 millions d'euros et qui a été opéré de la cheville samedi au Brésil, les Parisiens ont manqué de tranchant dans les trente derniers mètres. L'égalisation d'Edison Cavani à la 71e minute après une petite partie de billard dans la surface madrilène ne pouvait même provoquer le frisson de l'ivresse chez les supporters parisiens. Leur équipe était réduite à dix depuis la 66e minute et le second carton jaune - sévère - récolté par Marco Verratti. Et c'est en toute logique que le roc Casemiro pouvait donner la victoire au Real à la 80e face à une équipe coupée en deux depuis de trop longues minutes.

Bye Bye Unai

Cette élimination finalement sans gloire sanctionne l'échec d'Unai Emery. Depuis bientôt deux ans à la tête de l'équipe, l'entraîneur basque n'est pas parvenu à faire mieux que son prédécesseur Laurent Blanc. Son coaching discutable au match aller - titularisation de Giovanni Lo Celso en sentinelle et remplacement trop tôt dans le match de Cavani - l'avait déjà placé sur un siège éjectable. Après cette élimination, les propriétaires qataris l'actionneront sans le moindre remords.

Même sans Luka Modric et Toni Kroos, tous deux laissés sur le banc par Zinédine Zidane en raison d'une condition incertaine, le Real Madrid a témoigné d'une réelle emprise en première période. Sans deux prouesses d'Alphonse Areola devant Sergio Ramos (18e) et Karim Benzema (38e), les Madrilènes auraient plié l'affaire avant la pause.

Malgré le soutien d'un public aussi fervent que pouvaient l'espérer ses dirigeants, le Paris Saint-Germain est apparu paralysé par l'enjeu. Pendant quarante minutes, les Parisiens donnaient l'impression d'être une équipe de province bien trop révérencieuse devant son adversaire. Il y a quelque part comme tromperie sur la marchandise.

Kylian Mbabbé méconnaissable

Les cinq dernières minutes de cette première période devaient toutefois rallumer la flamme. Lancé par Verratti, Kylian Mbappé partait sur le côté droit. L'ancien Monégasque commettait toutefois une erreur fatale. Au lieu de donner en retrait à Cavani libre de tout marquage, le prodige préférait armer dans un angle trop fermé pour tromper Keylor Navas. L'année dernière sous les couleurs de l'AS Monaco, c'était un autre Mbappé que l'Europe avait pu admirer. Aujourd'hui au PSG, il est bien loin de témoigner de la même efficience, de la même flamboyance, de la même joie de jouer. Monter à Paris si tôt dans sa carrière n'était peut-être pas l'idée du siècle.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00