La Liberté

Un Japonais sera le premier non-Américain à atterrir sur la Lune

Deux astronautes japonais prendront part à de futures missions américaines (archives). © KEYSTONE/EPA/CRISTOBAL HERRERA-ULASHKEVICH
Deux astronautes japonais prendront part à de futures missions américaines (archives). © KEYSTONE/EPA/CRISTOBAL HERRERA-ULASHKEVICH
Deux astronautes japonais prendront part à de futures missions américaines (archives). © KEYSTONE/EPA/CRISTOBAL HERRERA-ULASHKEVICH
Deux astronautes japonais prendront part à de futures missions américaines (archives). © KEYSTONE/EPA/CRISTOBAL HERRERA-ULASHKEVICH


Publié le 11.04.2024


Un astronaute japonais sera le premier non-Américain à atterrir sur la Lune, dans le cadre d'une mission du programme américain Artémis. C'est ce qu'ont déclaré mercredi les dirigeants des deux pays.

Les Etats-Unis ont ainsi offert au Japon, avec qui ils cherchent à resserrer leurs liens, une place que nombre de nations auraient rêver décrocher.

"Deux astronautes japonais prendront part à de futures missions américaines, et l'un d'eux sera le premier non-Américain à atterrir sur la Lune", a déclaré le président des Etats-Unis, Joe Biden, lors d'une conférence de presse commune à Washington avec le Premier ministre japonais Fumio Kishida. Ce dernier, en visite officielle, a salué "un formidable succès dans le domaine spatial", en annonçant que le Japon fournirait en échange un rover lunaire ultra-sophistiqué.

Le programme américain Artémis a pour but d'établir une présence humaine durable sur la Lune, et doit y envoyer la première femme et la première personne de couleur. Entre 1969 et 1972, le programme Apollo y avait emmené 12 hommes américains, tous blancs. Il s'agit des seules 12 personnes à avoir foulé le sol lunaire.

"L'Amérique ne marchera plus sur la Lune seule", s'est réjoui mercredi le patron de la Nasa, Bill Nelson, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. "La diplomatie est bonne pour les découvertes. Et les découvertes sont bonnes pour la diplomatie", a-t-il ajouté.

La première mission Artémis à renvoyer des astronautes sur la surface lunaire, Artémis 3, est planifiée pour 2026. La Chine, elle, prévoit d'envoyer des humains sur la Lune d'ici 2030.

Un rover "maison mobile"

Tokyo et Washington coopèrent déjà étroitement dans le domaine spatial, notamment dans le cadre des opérations de la Station spatiale internationale.

Les deux pays ont dit prévoir "d'approfondir leur coopération concernant l'entraînement des astronautes" pour atteindre leur nouvel objectif, selon une déclaration conjointe des deux dirigeants. Mais pour qu'un astronaute japonais devienne effectivement le premier non-Américain sur la Lune, "des étapes importantes" devront "être franchies", selon cette déclaration.

Le rover que fournira le Japon sera pressurisé, contrairement aux véhicules lunaires commandés par la Nasa à des entreprises américaines. Dans un rover pressurisé, les astronautes n'auront pas besoin de porter de combinaison et pourront parcourir de plus grandes distances.

"Il s'agit d'un habitat mobile, d'un laboratoire, d'une maison et d'un explorateur lunaire", a déclaré Bill Nelson. Deux astronautes devront pouvoir y vivre jusqu'à 30 jours d'affilée, a précisé la Nasa, qui a dit souhaiter pouvoir l'utiliser à partir de la mission Artémis 7.

Et les Européens?

L'Agence spatiale européenne (ESA) a elle déjà trois places réservées au sein du programme Artémis. Il a été acté qu'un astronaute européen serait à bord d'Artémis 4 et d'Artémis 5. Mais les astronautes européens resteront-ils alors en orbite autour de la Lune, ou iront-ils sur la surface? Cela "fait l'objet de discussions supplémentaires", a dit à l'AFP Daniel Neuenschwander, directeur de l'exploration à l'ESA.

Le troisième siège n'a lui pas encore été attribué à une mission. L'ESA contribue en échange de manière importante à l'effort lunaire, en fournissant notamment l'étage de propulsion du vaisseau des astronautes, et un module d'habitation pour la future station en orbite lunaire, Gateway.

Interrogé sur une possible déception européenne après l'annonce sur le Japon, M. Neuenschwander a dit "comprendre qu'il y ait des considérations allant au-delà de l'espace menant à cette coopération proche entre les Etats-Unis et le Japon", et étant "davantage géostratégiques". Le programme Artémis a été inauguré en 2022 avec Artémis 1, qui a fait voler avec succès un vaisseau à vide autour de la Lune.

Artémis 2 est prévue pour 2025 et doit envoyer quatre astronautes pour un voyage autour de la Lune, sans y atterrir. Il s'agira de trois Américains et d'un Canadien, déjà en cours d'entraînement. Artémis 3 doit ensuite être la première mission habitée à atterrir sur la surface lunaire depuis 1972. La composition de son équipage n'est pas encore connue.

Interrogée par l'AFP sur la mission à laquelle un premier astronaute japonais prendrait part, la Nasa a simplement répondu ne pas avoir fait d'annonce d'équipages au-delà d'Artémis 2. Le Japon est par ailleurs devenu en janvier le cinquième pays à avoir réussi à se poser sur la Lune, en y faisant atterrir un robot.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11