La Liberté

Un missile russe frappe un centre commercial et fait 16 morts

Environ un millier de personnes se trouvaient à l'intérieur du centre commercial. © KEYSTONE/EPA/STATE EMERGENCY SERVICE OF UKRAINE HANDOUT
Environ un millier de personnes se trouvaient à l'intérieur du centre commercial. © KEYSTONE/EPA/STATE EMERGENCY SERVICE OF UKRAINE HANDOUT
Environ un millier de personnes se trouvaient à l'intérieur du centre commercial. © KEYSTONE/EPA/STATE EMERGENCY SERVICE OF UKRAINE HANDOUT
Environ un millier de personnes se trouvaient à l'intérieur du centre commercial. © KEYSTONE/EPA/STATE EMERGENCY SERVICE OF UKRAINE HANDOUT


Publié le 28.06.2022
Partager cet article sur:


Un bombardement russe a fait lundi au moins 16 morts dans un centre commercial dans le centre de l'Ukraine, selon les autorités locales. L'attaque a provoqué de vives condamnations internationales, notamment de la Suisse. Les pays du G7 dénoncent un "crime de guerre".

"A l'heure actuelle, nous avons connaissance de 16 morts et de 59 blessés, dont 25 sont hospitalisés. Les informations sont en cours d'actualisation", a indiqué le chef des services de secours ukrainiens Sergiy Kruk sur Telegram dans la nuit de lundi à mardi.

Les secours à Krementchouk, dans le centre du pays, se concentrent principalement sur le "sauvetage, l'enlèvement des débris et l'extinction des incendies", selon M. Kruk. Il a ajouté que "tous les groupes d'intervention travaillent en mode intense" et que "les travaux se poursuivront 24 heures sur 24."

Acte "terroriste"

C'est "l'un des actes terroristes les plus éhontés de l'histoire européenne", a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Il a frappé "une ville paisible, un centre commercial ordinaire, avec à l'intérieur des femmes, des enfants, des civils ordinaires", a-t-il souligné.

"Les attaques indiscriminées contre des civils innocents constituent un crime de guerre", ont déclaré dans la soirée les dirigeants du G7, réunis en sommet dans le sud de l'Allemagne. Dans leur déclaration, ils "condamnent solennellement l'attaque abominable" et assurent que le président russe Vladimir Poutine devra "rendre des comptes".

La Suisse est "profondément choquée" par ce bombardement, a écrit le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) sur Twitter. Il déplore que la population civile ukrainienne soit une fois de plus la cible directe d'une attaque. "La Suisse condamne ces graves violations du droit humanitaire et appelle une fois de plus la Russie à mettre fin à son agression militaire contre l'Ukraine".

Le président français Emmanuel Macron a dénoncé, lui, une "horreur absolue" et a appelé le peuple russe à "voir la vérité" en face. Cela "ne fera que renforcer la détermination" des Occidentaux à soutenir l'Ukraine, a lâché le premier ministre britannique Boris Johnson.

Bombardiers TU-22

A New York, le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric a rappelé que les belligérants étaient tenus par le droit international de "protéger les civils et les infrastructures civiles", jugeant la nouvelle frappe "totalement déplorable".

Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur les derniers bombardements russes contre des cibles civiles en Ukraine est prévue mardi à 21h00 (heure en Suisse).

Selon l'armée de l'air ukrainienne, le centre commercial a été atteint par des missiles antinavires Kh-22 tirés par des bombardiers à long rayon d'action TU-22, de la région russe de Koursk.

Quelques heures après l'annonce du bombardement de Krementchouk, les autorités ukrainiennes ont annoncé une autre frappe russe meurtrière contre des civils, à Lyssytchansk, une poche de résistance ukrainienne stratégique dans le bassin du Donbass (est).

Dans cette ville jumelle de celle de Severodonetsk, récemment prise par les Russes, au moins huit civils ukrainiens ont été tués et plus de vingt autres, dont deux enfants, ont été blessés pendant qu'"ils collectaient de l'eau à partir d'une citerne", a annoncé le gouverneur régional de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï. "Les Russes ont tiré sur une foule de gens avec des lance-roquettes multiples Ouragan", a-t-il dénoncé.

Infrastructure "complètement détruite"

Lyssytchansk est la dernière grande ville restant à conquérir pour les Russes dans cette province. "Nos défenseurs tiennent la ligne, mais les Russes réduisent la ville en ruine par l'artillerie, l'aviation... L'infrastructure est complètement détruite", a détaillé M. Gaïdaï.

La conquête du Donbass, déjà en partie tenu par des séparatistes prorusses depuis 2014, est l'objectif prioritaire des Russes depuis qu'ils ont évacué les environs de Kiev à la fin mars.

De nouvelles frappes russes sur la grande ville de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, ont par ailleurs fait lundi soir cinq morts et 22 blessés dont cinq enfants, ont affirmé les autorités locales.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11