La Liberté

28.01.2020

Un premier cas de contamination sur sol allemand

Des passants dans le quartier chinois de la ville japonaise de Yokohama. © KEYSTONE/EPA/FR ase
Des passants dans le quartier chinois de la ville japonaise de Yokohama. © KEYSTONE/EPA/FR ase


28.01.2020

Le premier malade confirmé au coronavirus en Allemagne a été contaminé sur sol allemand, par une collègue venant de Chine. Le Japon a pour sa part confirmé le cas d'un malade qui ne s'est pas rendu en Chine, mais qui a été en contact de touristes de ce pays.

Le premier malade confirmé au coronavirus en Allemagne a été contaminé par une autre personne sur le sol allemand même, ont annoncé mardi les autorités sanitaires de l'Etat régional de Bavière, où le patient est hospitalisé.

Selon le décompte de l'AFP, il s'agit du premier cas de contamination entre humains sur le sol européen, les autres patients signalés en Europe ayant été infectés lors d'un séjour en Chine. L'existence de ce premier malade allemand confirmé avait été communiquée lundi soir, sans plus de détails.

Il s'agit d'un homme âgé de 33 ans travaillant pour un équipementier automobile en Bavière, qui a été contaminé en janvier par une collègue venue de Chine pour quelques jours pour une formation, ont précisé les autorités sanitaires. Son état de santé reste toutefois à ce stade "bon", ont précisé les autorités.

Pour le moment, aucun autre cas suspect n'a été signalé mais les autorités font des vérifications sur 40 personnes au total qui ont été en contact avec les deux salariés de l'entreprise.

En contact avec des touristes

Les autorités japonaises ont annoncé pour leur part mardi la présence au Japon d'un cas du nouveau virus apparu en Chine chez un homme ne s'étant pas rendu dans ce pays, mais ayant véhiculé des touristes en provenance de Wuhan, berceau de la maladie.

Le sexagénaire originaire de la ville touristique de Nara avait conduit dans un bus en janvier deux groupes de touristes de Wuhan et a été hospitalisé samedi avec des symptômes similaires à ceux de la grippe, a indiqué le ministère de la Santé.

Des mesures sont prises dans le monde entier face à la propagation de la maladie. En France, les premiers rapatriés de Wuhan en Chine, épicentre de l'épidémie, arriveront en France en fin de semaine, vendredi ou samedi, selon la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Selon elle, on estime qu'un rapatriement concerne potentiellement "entre 500 et 1000 ressortissants français". "Tous ne veulent pas rentrer", a toutefois nuancé la responsable.

Rapatriés regroupés

Les rapatriés qui ne présentent pas de symptômes seront regroupés dans un lieu où ils devront rester à l'isolement pendant 14 jours, durée maximale estimée d'incubation de la maladie, pour s'assurer qu'ils n'ont pas été infectés par le virus.

"Nous avons identifié un lieu d'accueil en région parisienne", a indiqué Mme Buzyn, selon laquelle il ne doit "pas être trop éloigné d'hôpitaux". Les rapatriés qui présentent des symptômes seront médicalisés à leur arrivée à Paris, ont encore précisé les autorités françaises.

Hong Kong a annoncé mardi la fermeture de toute une série d'équipements publics, des stades aux musées, en passant par les piscines, afin de limiter la propagation de l'épidémie. Huit cas du virus ont été répertoriés dans l'ex-colonie britannique. Parmi eux, six personnes étaient arrivées en train de Chine dans une nouvelle gare récemment ouverte au coeur de Hong Kong.

L'épidémie de pneumonie virale affiche une bilan dépassant désormais 100 morts en Chine, avec plus de 4.500 personnes contaminées au total.

ats, afp

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00