La Liberté

28.05.2020

Une exo-Terre à seulement quatre années-lumière

Vue d'artiste de la surface de Proxima b, une planète extrasolaire de la taille de la Terre en orbite autour de l'étoile Proxima du Centaure. © ESO/UNIGE
Vue d'artiste de la surface de Proxima b, une planète extrasolaire de la taille de la Terre en orbite autour de l'étoile Proxima du Centaure. © ESO/UNIGE
Partager cet article sur:
28.05.2020

L’étoile la plus proche du système solaire, Proxima du Centaure, est accompagnée d'une planète similaire à la Terre. On pourrait même y trouver de l'eau sous forme liquide, selon une étude avec participation genevoise publiée dans la revue Astronomy & Astrophysics.

La planète en question, Proxima b, équivaut à 1,17 masse terrestre et évolue dans la zone habitable de son étoile autour de laquelle elle tourne en 11,2 jours, a indiqué jeudi l'Université de Genève (UNIGE) dans un communiqué.

Cette avancée a été rendue possible grâce aux mesures de vitesse radiale d’une précision inédite effectuées avec ESPRESSO, le spectrographe de fabrication suisse le plus précis actuellement en opération et installé sur le Very Large Telescope au Chili.

Proxima b a été détectée une première fois il y a quatre ans à l’aide d’un spectrographe plus ancien, HARPS, également développé par l’équipe genevoise, qui avait alors mesuré une faible perturbation de la vitesse de l’étoile suggérant la présence d’un compagnon.

ESPRESSO a effectué des mesures de vitesse radiale sur l’étoile Proxima Centauri, située à seulement 4,2 années-lumière du Soleil, avec une précision de 30 centimètres par seconde (cm/s), soit environ trois fois supérieure à celle obtenue avec HARPS.

Meilleures mesures

"Nous étions déjà très contents des performances de HARPS, à l’origine de la découverte de centaines d’exoplanètes ces dernières 17 années", témoigne Francesco Pepe, professeur au Département d’astronomie de l'UNIGE et responsable d’ESPRESSO.

"Qu’ESPRESSO puisse produire des mesures encore bien meilleures nous réjouit. Cela représente une récompense gratifiante pour un travail d’équipe qui a duré presque dix ans", ajoute le chercheur, cité dans le communiqué.

"Confirmer Proxima b était une tâche importante", estime Alejandro Suarez Mascareño, auteur principal de la publication: "C’est l’une des planètes les plus intéressantes connues dans le voisinage solaire".

Et la vie dans tout ça?

"ESPRESSO a permis de mesurer la masse de cette planète avec une précision de plus d’un dixième de la masse de la Terre", se réjouit Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 et "architecte" de tous les instruments de type ESPRESSO. "C’est du jamais vu", dit-il.

Bien qu’elle soit environ 20 fois plus proche de son étoile que ne l’est la Terre du Soleil, Proxima b reçoit une énergie comparable, de telle de sorte que la température à sa surface pourrait permettre à l’eau, s’il y en a, d’être par endroits sous forme liquide et donc d’abriter la vie.

Cela dit, l’étoile Proxima est une naine rouge active qui bombarde sa planète de rayons X: elle en reçoit environ 400 fois plus que la Terre.

"Existe-t-il une atmosphère qui protège la planète de ces rayons mortels? Et si cette atmosphère existe, contient-elle les éléments chimiques favorables au développement de la vie (l’oxygène par exemple)? Depuis combien de temps ces conditions favorables existent?", s’interroge Christophe Lovis, responsable des performances scientifiques et du traitement des données d’ESPRESSO.

"Nous allons nous attaquer à toutes ces questions, notamment à l’aide de futurs instruments comme les spectromètres RISTRETTO, que nous allons construire spécialement pour détecter la lumière émise par Proxima b, et HIRES qui sera installé sur le futur télescope géant ELT de 39 m que l’Observatoire européen austral (ESO) construit au Chili", conclut le scientifique.

ats

Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00