La Liberté

27.09.2021

Une oeuvre composée par un noir, première historique au Met

Le Metropolitan Opera de New York a retrouvé la scène et le public lundi soir pour une première historique: une oeuvre composée par un musicien noir, le trompettiste Terence Blanchard. © KEYSTONE/AP/Jason DeCrow
Le Metropolitan Opera de New York a retrouvé la scène et le public lundi soir pour une première historique: une oeuvre composée par un musicien noir, le trompettiste Terence Blanchard. © KEYSTONE/AP/Jason DeCrow
Partager cet article sur:
27.09.2021

Après un an et demi de rideau baissé à cause du coronavirus, le Metropolitan Opera de New York a retrouvé la scène et le public lundi soir pour une première historique: une oeuvre composée par un musicien noir, le trompettiste Terence Blanchard.

En 138 ans d'existence et malgré de grands compositeurs afro-américains aux Etats-Unis comme William Grant Still, la prestigieuse maison n'avait jamais porté sur scène l'un de leurs opéras.

C'est chose faite lundi, avec "Fire shut up in my bones" de Terence Blanchard, trompettiste de jazz reconnu et célèbre pour avoir écrit les bandes originales de nombreux films de Spike Lee.

Le livret, écrit par la cinéaste américaine Kasi Lemmons, est inspiré des mémoires de Charles Blow, un chroniqueur du New York Times qui raconte son passage à l'âge adulte en tant que garçon noir dans le sud des Etats-Unis, aux prises avec le racisme, les mauvais traitements et la découverte de sa sexualité.

Symbole

Fin 2019, le Metropolitan Opera avait fait cette annonce sans préciser quelle place prendrait cette oeuvre, déjà jouée à Saint-Louis (Missouri), dans sa saison. Un an et demi plus tard, et après l'affaire George Floyd, le Met la met à l'affiche de sa réouverture post-Covid, en faisant un symbole encore plus important.

Cela "dépasse ma personne" avait confié à l'AFP le musicien de 59 ans, récompensé 11 fois aux Grammy Awards et nommé aux Oscars, y voyant un signe qui "en dit plus long sur ce qu'il se passe dans notre pays et dans le monde de l'art".

En plus du Lincoln Center et ses 3.800 sièges, où le Met Opera se produit, la représentation a été diffusée simultanément à Times Square et sur la scène du Marcus Garvey Park, à Harlem.

Pendant la pandémie, le Met, premier employeur des Etats-Unis dans le domaine du spectacle vivant avec plus de 3.000 salariés, a aussi dû faire face à de longues négociations sociales, sur fond de baisses de salaires, pour pouvoir reprendre.

Un accord a finalement été trouvé à la fin du mois d'août: il prévoit des réductions de salaire pour les musiciens, la direction s'engageant à en rétablir une partie quand les recettes de billetterie atteindront 90% du niveau d'avant la pandémie.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00