La Liberté

20.02.2019

Vignes et propriétés agricoles de l'Etat à convertir en bio

Les députés neuchâtelois ont accepté de convertir les propriétés viticoles et agricoles du canton en culture biologique (photo symbolique). © KEYSTONE/GAETAN BALLY
Les députés neuchâtelois ont accepté de convertir les propriétés viticoles et agricoles du canton en culture biologique (photo symbolique). © KEYSTONE/GAETAN BALLY


20.02.2019

Les députés neuchâtelois ont approuvé mercredi par 68 oui et 35 non une motion des Vert'Libéraux demandant de convertir les propriétés viticoles et agricoles du canton en culture biologique. Le Conseil d'Etat voulait transformer la motion en postulat.

"Au moment où l’impact néfaste des produits phytosanitaires sur la faune, la flore et les humains n’est plus à démontrer, il convient d'agir et l'État doit jouer un rôle modèle dans ce domaine", a déclaré Mauro Moruzzi, un des auteurs de la motion. Au total, l'État possède quelque 1000 hectares de terres agricoles réparties sur environ 300 parcelles exploitées par 145 fermiers.

Actuellement, seuls les 10% des exploitations sur le territoire cantonal sont bios. "Ce chiffre mérite assurément d’être augmenté", a précisé Mauro Moruzzi.

La motion demande au Conseil d'Etat d'user de sa compétence et de proposer un plan de conversion, dans les meilleurs délais, de l'intégralité de ses biens-fonds à la culture biologique ou biodynamique et de proposer des mesures favorables à la biodiversité et l'environnement aux niveaux viticole et agricole.

Pression sur les prix

Le conseiller d'Etat Laurent Favre voulait transformer la motion en postulat. Il estime nécessaire de tendre vers davantage de production biologique mais la question des délais l'inquiète.

"L'agriculture n'est plus un marché planifié. Décréter le tout bio rendrait un mauvais service aux producteurs bio", car "cela engendrait une offre abondante sur le marché, une pression sur les prix et créerait des problèmes de rentabilité", a ajouté Laurent Favre.

Le conseiller d'Etat a rappelé que la production biologique nécessite 25% de travail supplémentaire pour un rendement 20% inférieur. Et donc au final un prix plus élevé.

Le député Mauro Moruzzi a nuancé la question des coûts. "Le prix final est surtout dû à la marge que se prend le distributeur, plutôt qu'au prix de la production", a-t-il expliqué.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00