La Liberté

13.06.2021

Ville de Genève: petit "non" à la Cité de la musique

En Ville de Genève, la Cité de la musique est en passe d'être refusée, avec 50,5% de "non", selon les résultats anticipés. © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
En Ville de Genève, la Cité de la musique est en passe d'être refusée, avec 50,5% de "non", selon les résultats anticipés. © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
En Ville de Genève, les opposants à la Cité de la musique ont gagné leur pari. Le projet est refusé de justesse. © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
En Ville de Genève, les opposants à la Cité de la musique ont gagné leur pari. Le projet est refusé de justesse. © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
En Ville de Genève, les opposants à la Cité de la musique ont gagné leur pari. Le projet est refusé de justesse. © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
En Ville de Genève, les opposants à la Cité de la musique ont gagné leur pari. Le projet est refusé de justesse. © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Partager cet article sur:
13.06.2021

En Ville de Genève, la Cité de la musique est refusée du bout des lèvres dimanche. Le "non" au plan localisé de quartier (PLQ) permettant sa construction l'emporte par 50,86% des voix, selon les résultats complets.

Le préavis municipal à ce PLQ est refusé par 840 voix d'écart. Le taux de participation s'est élevé à 42,61%.

Porté par des privés et devisé à 300 millions de francs, ce projet a fait l'objet d'un référendum lancé par une coalition hétéroclite réunissant les Verts, Ensemble à Gauche, l'UDC, les défenseurs du patrimoine et des artistes indépendants. Le PLQ des Nations fixe les règles urbanistiques du bâtiment et des espaces publics.

Prévu près de la place des Nations, sur un terrain appartenant à l'ONU, le vaste bâtiment en verre devait abriter l'Orchestre de la Suisse romande (OSR) et la Haute école de musique (HEM), aujourd'hui éparpillée entre plusieurs lieux. Une salle philharmonique de 1580 places, deux autres salles de concert, des salles de cours, une médiathèque, un restaurant et un parc publics étaient prévus.

"Monoculture"

Les référendaires déploraient des abattages d'arbres, la démolition d'une maison de maître non classée ainsi qu'un projet démesuré financé principalement par la Fondation Hans Wilsdorf. Le projet divisait le milieu artistique, certains s'enthousiasmaient pour un nouvel espace culturel sur la rive droite alors que d'autres dénonçaient "une monoculture sous perfusion" au détriment d'autres musiques.

Le refus de dimanche n'est pas contraignant, car le canton a le dernier mot en matière d'aménagement. Au vu du résultat serré, le Conseil d'Etat, en faveur du PLQ, pourrait passer outre. Et des recours ne sont pas exclus, notamment en raison du couac de La Poste, qui a laissé des caisses contenant 7000 enveloppes de vote sur le trottoir pendant un week-end.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00