La Liberté

14.02.2019

Voitures Tesla pour la police de Bâle-Ville: un achat "irrégulier"

Lors du choix du modèle, le ministre de la sécurité de Bâle-Ville, Baschi Dürr (à gauche sur la photo), a passé outre les "recommandations explicites" du Service cantonal des acquisitions et ce, par enthousiasme pour la Tesla, déplore la commission de gestion du Grand Conseil (image d'archives). © KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS
Lors du choix du modèle, le ministre de la sécurité de Bâle-Ville, Baschi Dürr (à gauche sur la photo), a passé outre les "recommandations explicites" du Service cantonal des acquisitions et ce, par enthousiasme pour la Tesla, déplore la commission de gestion du Grand Conseil (image d'archives). © KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS


14.02.2019

L'achat de sept voitures de police électriques de marque Tesla vaut un "savon" au ministre de la sécurité de Bâle-Ville Baschi Dürr et à son département. La commission de gestion du Grand Conseil leur reproche d'avoir procédé de manière irrégulière.

Destinées au service de piquet d'alerte de la police cantonale, les sept autos de type Tesla X 100D doivent être mises en service ce printemps. Livrées en décembre dernier, elles coûtent chacune 140'000 francs. La formation des policiers sur ces voitures est en cours.

Protection des données

Les critiques sur leur acquisition ont fusé dès l'annonce de l'achat, en mars dernier 2018. En cause: le renoncement à un appel d'offres et le choix d'un véhicule électrique qui n'a pas encore fait ses preuves au sein de la police.

Un autre point délicat touche à la protection des données: les propos tenus à bord pourraient être enregistrés automatiquement en raison de la commande vocale de plusieurs fonctions. L'entreprise Tesla a, par ailleurs, accès à la géolocalisation des véhicules.

Choix "arbitraire"

Dans son rapport publié jeudi, la commission de gestion confirme plusieurs critiques. Au final, elle qualifie d'"irrégulière" la manière de faire du département de justice et de la sécurité dans cette affaire.

La procédure d'acquisition avait été emmanchée de manière correcte, avant que le département ne porte son choix sur un modèle, "de manière arbitraire et sans analyse de marché soignée", déplore la commission. Et de regretter que le chef du département Baschi Dürr (PLR) a pris la décision finale par enthousiasme pour la Tesla.

Insuffisamment documenté et vérifié

Le département et leur chef ont, ainsi, passé outre les recommandations du Service cantonal des acquisitions, dénonce la commission. Les décisions entourant cet achat sont "insuffisantes et incomplètes". Conséquence: la commission de gestion est dans l'impossibilité de vérifier entièrement la régularité de l'acquisition.

Autre reproche de la commission, le département de la sécurité a sous-estimé les questions liées à la protection et à la sécurité des données. Il a renoncé à une vérification préalable en la matière, alors que la loi l'exige.

Le département a justifié l'acquisition des sept Tesla sans appel d'offres par le fait qu'aucun autre prestataire ne pouvait correspondre aux exigences formulées. Il s'agissait donc d'une situation de marché sans concurrence, selon les autorités. Aucun recours n'a été déposé suite à l'annonce du choix opéré par le département.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00