La Liberté

12.10.2017

Weinstein: ouverture d'enquêtes policières aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne

Harvey Weinstein a déjà été l'objet d'une plainte, suivie d'une enquête, pour harcèlement sexuel, enquête abandonnée pour manque de preuves (archives). © KEYSTONE/AP Invision/ANDY KROPA
Harvey Weinstein a déjà été l'objet d'une plainte, suivie d'une enquête, pour harcèlement sexuel, enquête abandonnée pour manque de preuves (archives). © KEYSTONE/AP Invision/ANDY KROPA


12.10.2017

Harvey Weinstein, le magnat d'Hollywood accusé de harcèlement sexuel et de viols, fait désormais l'objet d'enquêtes policières aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Ces investigations constituent le prélude à une probable grande saga judiciaire typique de l'Amérique.

La police de New York a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête pour harcèlement sexuel à l'encontre du producteur de cinéma américain Harvey Weinstein. Les faits remonteraient à 2004.

"Sur la base des informations publiées dans la presse, le NYPD (New York Police Department) procède à un examen pour déterminer s'il y a d'autres plaintes liées à l'affaire Harvey Weinstein", dit-elle dans un communiqué. La police ajoute qu'aucune plainte formelle n'a été identifiée à ce jour.

Une enquête a également été ouverte à Londres, rapporte le journal britannique The Guardian. Un porte-parole de la police a expliqué qu'une allégation de harcèlement sexuel avait été transmise le 11 octobre à Londres par la police de Merseyside (région de Liverpool, nord-ouest de l'Angleterre). "Cette allégation sera traitée par l'unité de lutte contre la pédophilie et les crimes sexuels".

Il nie les relations non consenties

Depuis la publication d'un article du New York Times le 5 octobre, les accusations de harcèlement, d'agressions sexuelles et de viols visant le producteur de cinéma se multiplient. Certaines remontent à plus de vingt ans.

Selon le quotidien Daily News, la justice chercherait à recueillir des éléments concernant des accusations de l'actrice Lucia Evans. Celle-ci assure que Harvey Weinstein l'aurait forcée à lui faire une fellation en 2004, à New York.

Le producteur de cinéma, pour sa part, nie avoir eu des relations non consenties. Outre Lucia Evans, deux femmes accusent aussi le producteur de viol, la star italienne Asia Argento et une autre femme restée anonyme.

Nouveaux témoignages

Des stars ont témoigné publiquement dans le New York Times et le New Yorker depuis la semaine dernière, notamment Mira Sorvino, Rosana Arquette, Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie, Emma de Caunes et Judith Godrèche, qui ont décrit des avances sexuelles insistantes formulées par le puissant producteur, souvent dans une chambre d'hôtel, alors qu'il n'était vêtu que d'un peignoir, voire nu.

Mercredi, Léa Seydoux, Cara Delevingne, Katherine Kendall, Ashley Judd et Florence Darel ont ajouté leur voix à ces témoignages.

Interpellé par les paparazzi sur son moral, le faiseur de stars a concédé: "Je ne vais pas fort. Mais j'essaie. J'ai besoin de trouver de l'aide". Selon le site people TMZ, le mécène démocrate s'est ensuite envolé pour l'Arizona, où il a intégré un centre de traitement de la dépendance sexuelle.

L'Académie des arts et sciences du cinéma, qui a accordé aux frères Weinstein 81 Oscars lors de leur carrière à la tête de Miramax puis de la Weinstein Company, a annoncé une réunion samedi pour "discuter des accusations" contre le producteur. Harvey Weinstein a été suspendu mercredi de l'Académie du film britannique (Bafta) dont il était membre.

Démocrates dans la tourmente

Le scandale de plus en plus retentissant débordait sur la scène politique: Harvey Weinstein était une figure incontournable pour tous les grands candidats démocrates depuis deux décennies.

Il a personnellement donné 1,4 million de dollars à des candidats ou comités démocrates ou au parti depuis 1990, selon le Center for Responsive Politics. A cela s'ajoutent des centaines de milliers de dollars levés auprès de son réseau.

Après plusieurs jours de silence, Hillary Clinton s'est dite mardi "choquée et écoeurée", tandis que Barack et Michelle Obama se déclaraient "dégoûtés". Les républicains réclament le remboursement des sommes données ou levées par Weinstein, ce que de nombreux sénateurs démocrates ont commencé à faire.

"Il est ironique que les républicains s'agitent autant autour de Harvey Weinstein quand le président lui-même a été accusé de harcèlement sexuel quinze fois", a répliqué Jennifer Granholm, ancienne gouverneure démocrate, sur CNN.

ats, reu, afp

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / Case postale 208 / 1705 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00