La Liberté

19.09.2018

Zurich: éclosions records chez les manchots royaux peu monogames

Les relations de filiation sont parfois peu claires parmi les manchots royaux du zoo de Zurich. Les ménages à trois et les vols d'oeufs y sont pour quelque chose. © KEYSTONE/WALTER BIERI
Les relations de filiation sont parfois peu claires parmi les manchots royaux du zoo de Zurich. Les ménages à trois et les vols d'oeufs y sont pour quelque chose. © KEYSTONE/WALTER BIERI


19.09.2018

Les manchots royaux du zoo de Zurich ont vécu ces dernières semaines des éclosions records de petits. Sur sept oeufs pondus, six poussins ont éclos, dont quatre ont définitivement survécu. Ménages à trois et couples de même sexe en compliquent parfois la garde.

Jamais en 30 ans de présence de manchots royaux dans le parc zoologique zurichois autant de poussins n'avaient éclos, s'est réjoui mercredi le zoologue Robert Zingg face aux médias. Les quatre petits qui ont survécu à la phase délicate des premières semaines de vie vont bien. Leurs parents s'occupent d'eux intensément.

Pas monogames comme dans la nature

Cette intensité n'est pas seulement liée au soin apporté aux petits, mais parfois aussi au nombre de manchots adultes s'occupant du même poussin. Contrairement aux congénères vivant dans la nature, nombre de pensionnaires du zoo ne sont en effet pas monogames durant le cycle de couvaison.

Parmi eux, deux mâles sont chacun en ménage avec deux femelles. Dans le premier cas, les deux femelles ne peuvent pas se supporter. Or, seule l'une des deux femelles a vu un poussin éclore de son oeuf. L'autre doit donc se contenter de garder le petit de la famille lorsque la mère est absente.

Trois oeufs pour un trio

Dans l'autre cas, les deux femelles s'entendent bien à la base. Le trio a couvé trois oeufs, le mâle en ayant "trouvé" un troisième qui s'avère être non fécondé. Le trio voit deux poussins éclore, l'oeuf couvé par l'une des deux femelles restant fermé.

Résultat: l'une des deux femelles veut s'occuper des deux poussins en permanence, suscitant la jalousie de l'autre femelle qui couve désespérément l'oeuf non fécondé. Le zoo a cru régler ce conflit en retirant à la femelle jalouse l'oeuf non fécondé et en lui attribuant l'un des deux poussins.

Or l'un des deux petits est mort après trois semaines. Le trio a toutefois réussi à se partager la garde du poussin survivant.

Oeuf en plâtre pour les couples gays

Autres événements perturbateurs, les vols d'oeufs ou de petits sont fréquents parmi les manchots royaux. Pour réduire le risque de vol pendant la période de couvaison, le zoo a confié à chacun des deux couples de mâles un faux oeuf en plâtre.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00