La Liberté

Le Liban plongé dans la déprime

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Erigée devant les silos en ruines pour commémorer la catastrophe survenue il y a un an, une immense sculpture symbolise le drame subi par les Libanais. © Jacques Berset
Erigée devant les silos en ruines pour commémorer la catastrophe survenue il y a un an, une immense sculpture symbolise le drame subi par les Libanais. © Jacques Berset
Partager cet article sur:
03.08.2021

Après l’explosion qui a tué 200 personnes et fait 6500 blessés le 4 août 2020, Beyrouth et ses habitants peinent à panser leurs plaies. Human Rights Watch (HRW) réclame une enquête internationale sur les causes

Jacques Berset, Beyrouth

Commémoration » Sur le mur bordant la route qui longe le port, s’égrènent les noms des «martyrs» tués par la déflagration, avec quelques photos d’enfants déjà délavées par le temps qui passe. Un an déjà, depuis ce 4 août 2020 où le port de Beyrouth et les quartiers chrétiens de la capitale ont été soufflés par une déflagration gigantesque faisant plus de 200 morts et 6500 blessés.

A la veille des commémorations prévues mercredi, la scène du désastre a changé mais le chaos reste de règle. Une immense sculpture de ferraille tordue, forme humaine tenant à bout de bras une colombe de métal, se dresse devant les ruines des silos à grains éventrés par l’explosion de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium, stockées dans un

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00