La Liberté

Place au débat sur le service citoyen

Vive l'armée, par Alex
Vive l'armée, par Alex
23.09.2013

L’initiative du Groupe pour une Suisse sans armée a subi hier une lourde défaite. La réflexion se poursuit malgré tout sur une modernisation des obligations militaires.

christiane imsand

Le score est sans appel. Les Suisses ont rejeté hier par 73,2% des suffrages l’initiative pour l’abrogation du service militaire obligatoire. Pas un seul canton n’a soutenu le texte du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA). Pas même Genève et le Jura, qui avaient voté pour la suppression de l’armée en 1989. «Ce résultat peut être interprété comme un oui à l’armée», se réjouit le chef du Département de la défense Ueli Maurer. «Cela correspond à un trend. Les questions sécuritaires préoccupent davantage la population que par le passé.» Ses adversaires ne sont pas découragés pour autant. Ils préparent la riposte sur le terrain du «service citoyen».

Le GSsA se montre à peine ébranlé par sa défaite. «Le débat s’est porté sur l’armée comme instrument de cohésion nationale alors que nous avons mis l’accent sur la réduction des coûts», commente Amanda Gavilanes, secrétaire du GSsA Genève. Le groupement antimilitariste veut désormais aller de l’avant avec d’autres réformes. «Il faut

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00