La Liberté

Une pollution limitée

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Les masques de protection contiennent du plastique et ne sont donc pas biodégradables. C’est pourquoi il ne faut pas les jeter dans la nature. © Corinne Aeberhard
Les masques de protection contiennent du plastique et ne sont donc pas biodégradables. C’est pourquoi il ne faut pas les jeter dans la nature. © Corinne Aeberhard
Partager cet article sur:
07.06.2020

L’impact environnemental des masques et du plastique à usage unique est moindre qu’on a craint

Louis Rossier

Coronavirus » La facture environnementale de la pandémie sera-t-elle douloureuse? Masques abandonnés dans la nature, retour en force du plastique jetable, transports publics déserts… Certains observateurs comme Natalie Bino, directrice de l’association Zero Waste Switzerland, redoutent un lourd tribut pour la planète. «Au regard des efforts déployés par notre association pour réduire l’empreinte écologique humaine, c’est un retour en arrière», s’alarme-t-elle.

D’autres, à l’image de Sébastien Humbert, directeur scientifique du groupe de conseil Quantis, basé sur le site de l’EPFL, se veulent rassurants: «En Suisse, un système de traitement de déchets efficace garantit une incinération sûre de la quasi-totalité des masques», explique le spécialiste en bilan écologiq

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00