La Liberté

Aux origines des péchés capitaux

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
La gourmandise... un péché capital auquel on ne résiste pas! © Adobe Stock
La gourmandise... un péché capital auquel on ne résiste pas! © Adobe Stock
Partager cet article sur:
11.07.2020

Orgueil, avarice, luxure, paresse ou gourmandise engendrent la culpabilité. Et s’ils étaient mal compris?

Laurence Villoz / Protestinfo

Vices et vertus (1) » D’où viennent les sept péchés capitaux, quel est leur rôle dans la tradition religieuse et qu’en reste-t-il aujourd’hui? Une série d’été à l’odeur de soufre.

Encore une tranche de ce gâteau à la crème avant d’aller faire une sieste au soleil… La gourmandise, la paresse, l’orgueil, l’avarice, la luxure, l’envie ou encore la colère forment les sept péchés dits capitaux. Est-ce que cela signifie qu’ils sont les plus graves? Absolument pas. «Le terme «capital» vient du latin caput, la tête. C’est ainsi qu’on appelle ces péchés, car ils sont générateurs de presque tous les autres», explique l’abbé François-Xavier Amherdt, professeur de théologie pratique à l’Université de F

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00