La Liberté

Ces héros qui ont fait l’Amérique

George Washington (1732 – 1799) 1er président de 1789 à 1797, Indépendant © DR
George Washington (1732 – 1799) 1er président de 1789 à 1797, Indépendant © DR
Thomas Jeffersion (1743 – 1826) 3e président de 1801 à 1809, Démocrate © DR
Thomas Jeffersion (1743 – 1826) 3e président de 1801 à 1809, Démocrate © DR
Abraham Lincoln (1809 – 1865) 16e président de 1861 à 1865, Républicain © DR
Abraham Lincoln (1809 – 1865) 16e président de 1861 à 1865, Républicain © DR
Theodore Roosevelt (1858 – 1919) 26e président de 1901 à 1909, Républicain puis progressiste © DR
Theodore Roosevelt (1858 – 1919) 26e président de 1901 à 1909, Républicain puis progressiste © DR
07.10.2016

Des 44 présidents des Etats-Unis, seuls quatre ont leur effigie au Mémorial national du mont Rushmore

Pascal Fleury

Election présidentielle » Les candidats à la Maison-Blanche se réfèrent volontiers aux Pères fondateurs des Etats-Unis, dont les effigies sont sculptées sur le mont Rushmore, le célèbre Mémorial national du Dakota du Sud, qui fête ses 75 ans en ce mois d’octobre. Hillary Clinton les prend en exemple dans son discours sur l’unification d’un pays actuellement en proie à de profondes divisions, brandissant son slogan «plus forts ensemble». Pour sa part, Donald Trump estime qu’avoir été choisi comme «candidat du parti d’Abraham Lincoln est le plus grand honneur de sa vie». Il assure vouloir «construire sur cet héritage».

Caricature politique

De leur côté, les médias exploitent les Pères de la nation comme modèles idéaux pour mesurer les compétences des candidats à l’élection présidentielle. Donald Trump et Hillary Clinton se font aussi régulièrement brocarder par les caricaturistes: ils les dessinent sur le mont Rushmore aux côtés de George Washington, Thomas Jefferson, Abraham Lincoln et Theodore Roosevelt. Barack Obama, lui, a anticipé la blague. Il a confié, lors d’un entretien avec un humoriste, qu’il se verrait bien en sculpture au Mémorial national de Rushmore. Il a toutefois précisé qu’il s’agit là d’«un espace assez exclusif»!

Réalisé en quatorze ans par le sculpteur Gutzon Borglum puis par son fils Lincoln, avec 400 ouvriers, le Mémorial a été achevé le 31 octobre 1941. Il accueille plus de 2,2 millions de visiteurs chaque année. Situé sur une colline sacrée des Sioux Lakotas, il suscite la critique des Amérindiens. En réaction, ils ont sculpté, non loin de là, l’effigie du chef indien Crazy Horse.

Les quatre présidents immortalisés dans le granite ont été choisis pour leur rôle déterminant dans la fondation, l’expansion et la préservation du territoire national. Une réputation qui leur a aussi valu de figurer sur les billets de banque et les pièces de monnaie, et de donner leur nom à de nombreuses montagnes, universités, villes, et même à un Etat (Washington). Un nouveau visage complètera-t-il un jour cette illustre galerie? Plusieurs noms de présidents ont été évoqués. Mais ne devient pas héros de la nation qui veut!


 

Le fondateur

George Washington » Marié à une riche veuve et héritier du vaste domaine de Mount Vernon, sur les bords du Potomac dans l’Etat de Virginie, George Washington aurait pu vivre tranquillement de ses plantations. Mais le jeune arpenteur préfère s’enrôler dans l’armée, d’abord sous la bannière britannique durant la guerre de Sept Ans, puis comme chef de l’armée continentale pendant la Guerre d’indépendance. Habile tacticien, il réussit à fédérer ses hommes et à les mener à la victoire, à l’indépendance et à la liberté. Elu président à l’unanimité, il choisit le site de la future capitale, signe des traités avec les Amérindiens, règle les contentieux avec la Grande-Bretagne. Il milite aussi contre l’esclavage, libérant ses esclaves par testament. Le pays ayant besoin de héros fédérateurs, Washington entrera vite dans la légende. PFY

Liliane Kerjan, George Washington, Ed. Gallimard, 2015

Jacques Fernay, George Washington, Olivier-Triau, 1886/2015

*****

Le modernisateur

Theodore Roosevelt » Plus jeune président de l’histoire, élu à 42 ans, Theodore Roosevelt symbolise l’émergence de la puissance des Etats-Unis au début du XXe siècle. «Roosevelt fut l’accoucheur de l’Amérique moderne», souligne le biographe Yves Mossé. Pétulant, courageux, impulsif, il intervient dans les affaires étrangères, prenant le contrôle du canal de Panama et offrant son arbitrage dans la guerre russo-japonaise, ce qui lui vaut le Prix Nobel de la paix en 1906. Issu d’une famille aristocratique, ce républicain à la veine sociale combat la corruption économique et les dérives monopolistiques. Propriétaire d’un ranch, il met aussi en œuvre une politique cohérente de protection de la nature, instituant des «monuments nationaux», dont le Grand Canyon. Ce qui ne l’empêchera pas plus tard d’aller chasser l’éléphant en Afrique! PFY

Yves Mossé, Theodore Roosevelt – La jeune Amérique, Editions Jean Picollec, 2012

*****

L’expansionniste

Thomas Jefferson » Principal auteur de la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis approuvée le 4 juillet 1776, Thomas Jefferson est aussi gouverneur de Virginie puis ambassadeur à Paris, où il succède à Benjamin Franklin, avant d’être élu président dans la nouvelle capitale de Washington. En authentique héritier des Lumières, ce polyglotte s’attache à promouvoir les libertés au cœur même de l’identité américaine. Il assouplit l’immigration et supprime certains impôts. Surtout, il remporte un grand succès diplomatique en acquérant la Louisiane française en 1803 pour 15 millions de dollars, doublant la surface du pays pour le bonheur des colons. Après deux mandats, il se retire dans sa propriété de Monticello, où il s’adonne à l’architecture, l’archéologie et l’œnologie. Il correspond aussi avec les grands esprits de son temps. PFY

Georges Ayache, Les présidents des Etats-Unis, Perrin, 2016
Kaspi et Harter, Les présidents américains, Tallandier, 2012

*****

Le réunificateur

Abraham Lincoln » S’il est une icône de la nation, c’est bien Abraham Lincoln, le plus admiré et le plus influent au hit-parade des présidents américains. Né dans la cabane en rondins d’une famille de fermiers, matelot sur le Mississippi avant de devenir avocat, il se distingue par ses positions anti-esclavagistes. A peine est-il élu président qu’éclate la guerre de Sécession. Tenant tête aux Etats sudistes, il proclame l’émancipation des esclaves, qui étaient trois millions dans le Sud. Il réussit à réunifier le pays, mais au prix de 630 000 morts. Il est assassiné cinq jours après la fin du conflit par un comédien sudiste. Lincoln est «l’homme qui sauva les Etats-Unis», commente l’historien Bernard Vincent. Sa gloire posthume, il la doit à sa dimension morale, ses qualités de chef et sa fin tragique. Plus de 16 000 ouvrages lui ont été consacrés. PFY

Bernard Vincent, Lincoln, l’homme qui sauva les Etats-Unis, Editions L’Archipel, 2009

 

Histoire Vivante

Radio: Histoires d’Amérique (2)
La Première: Ve 20 h

Doc TV: Les années Obama
RTS Deux: Di 21 h, ma 0 h 45

Articles les plus lus
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00