La Liberté

Les Têtes baissées face aux dangers

Les Têtes baissées face aux dangers
Les Têtes baissées face aux dangers
Partager cet article sur:
21.02.2019

Pascal bertschy

Le mot de la fin

Etre attentif au monde, à la nature et aux gens allait de soi. Chacun savait ce que signifiaient les verbes regarder et écouter, lever le nez était un réflexe naturel. Mais tout cela, c’était avant l’avènement des Têtes baissées.

Les Têtes baissées forment la plus vaste tribu d’aujourd’hui. Ses membres sont de tous âges et de tous horizons, se comptent déjà par milliards à l’échelle planétaire. Ici comme ailleurs, impossible de les rater: ils vivent tête baissée, les yeux rivés à leur téléphone ou écran de poche.

Pour les quelques-uns qui lèvent encore le nez, le tableau est impressionnant. Et fait envie, tant les Têtes baissées se suffisent à elles-mêmes.

La pancarte «SVP ne pas déranger» est inutile. Quel être ordinaire aurait l’idée d’aborder un membre de cette tribu? Lointaine, intimidante, impénétrable, la Tête baissée est ailleurs. Plongée dans un monde fluide, lisse, rapide, où son téléphone met tout l’univers à sa portée, en libre accès. <

Articles les plus lus
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00