La Liberté

Liban, une douleur sans fin

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Et puis boum. La ville explose encore une fois: Beyrouth, le 4 août 2020. Keystone
Et puis boum. La ville explose encore une fois: Beyrouth, le 4 août 2020. Keystone
Partager cet article sur:
06.08.2020

Michaël Perruchoud

Le mot de la fin

C’est une ville aux façades lépreuses et dont les mille reconstructions puent le fric d’origine douteuse. Ce sont des rues et des carrefours où les permis de conduire occidentaux ne sont d’aucune utilité, où les priorités se jouent à l’audace et à la virtuosité du klaxon.

C’est l’élégance obsédante de la Méditerranée, les marches lentes le long de la corniche, les femmes qui se voilent un peu trop, celles qui ne se dévoilent pas moins.

Ce sont les terrasses du quartier de Hamra, les nuits sans fin de Gemmayzeh, les étudiantes des collèges chrétiens au français teinté d’expressions orientales, c’est un amour intense de la culture, de la danse, de l’art. Ce sont des bars à vins, de la musique, et des chawarmas consommés au bout de la nuit.

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00