La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

On sort et on appuie sur «play»

Ces petites choses permettent de se promener en voyant le monde autrement. © Arthur Yao/Unsplash
Ces petites choses permettent de se promener en voyant le monde autrement. © Arthur Yao/Unsplash
Partager cet article sur:
Publié le 27.11.2021

Michaël Perruchoud

Le mot de la fin

Novembre n’en finit pas et sombre dans les brumes froides. Aucune neige, aucun saint Nicolas pour égayer le permanent crépuscule de nos jours. Alors dents brossées et yeux encore collés, on se glisse dans l’ascenseur, les mains enfoncées au fond des poches, avant même de s’engager dans la rue comme on plonge dans une piscine froide. Gagné par le blues. Enveloppé de tristesse. Et dire que l’hiver ne nous est pas encore tombé dessus.

On glisse alors deux écouteurs dans ses oreilles. Une inspiration. Un coup de basse. Une introduction. Une guitare, une batterie, une bouffée de gratitude. J’ai tendance à remercier Monsieur Edison pour le phonographe plus que pour l’ampoule électrique. Les lumières peuvent aller se rhabiller quand le son est de qualité. Et puis la musique c’est l’ailleurs, c’est l’inconnu, c’est l’envie d’aller voir plus loin.

Marcher avec de la bonne musique dans les oreilles, c’est donner une autre profondeur aux rues, c’est habiller d’une

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00