La Liberté

Pour lui, l’été est un supplice

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
28.07.2021

Angélique eggenschwiler

Le mot de la fin

Il déteste l’été. En fait, il attend que ça passe, rideaux tirés devant des rediffusions de NCIS. Le lac? Il n’y a plus fichu les pieds depuis 1998. Pour lui, pas de dilemme entre aoûtiens et juillettistes. Si vous voulez tout savoir, il ne part jamais en vacances

Il y est toute l’année dans le regard voilé de mépris de ceux qui «travaillent pour payer leurs impôts, eux». Il est au chômage donc, aux sociaux, à l’AI, à l’arrêt si vous préférez. Coincé à un feu qui refuse obstinément de passer au vert.

Il déteste l’été parce que lui n’est pas en vacances, non, il est en prison. En hiver, les murs froids de sa cellule se confondent avec le gris du ciel, en été, le contraste lui fait mal aux yeux.

Il ne va pas au lac parce qu’il a trop peur d’y rencontrer quelqu’un. En fait, ça fait longtemps qu’il a cessé de rencontrer les gens. A peine échange-t-il quelques mots avec la concierge, c’est qu’on finit toujours par lui poser la question: «Et sinon, vous

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00