La Liberté

Sépanormal et Sanesefaipa

Partager cet article sur:
Publié le 09.10.2014

«Bienvenue au club!» • Il n'y a pas plus casse-bonbons que ces deux-là, qui tiennent toujours à vous causer de sport. Particulièrement de toutes ces choses pas normales qui se passent dans le sport, sans oublier tous ces trucs qui ne devraient pas être permis…

Pascal Bertschy

L'un s'appelle Sépanormal, l'autre Sanesefaipa. Tous deux, quand vous les croisez quelque part, ont la sale manie de vous causer de sport. Ce serait bien si un jour Sépanormal et Sanesefaipa trouvaient un autre sujet de conversation, mais non, rien à faire. Ils ont en commun de s'intéresser au sport et d'adorer en parler. Ils ont un avis sur toutes les disciplines, sur tous les sujets, tous les champions, et le clament bruyamment autour d'eux. 

Dès qu'il s'agit de sport, Sépanormal et Sanesefaipa ont le haricot qui frétille et les nerfs à fleur de peau. Ils aiment le sport, mais l'aimeraient beaucoup plus si ses événements se passaient tels qu'eux-mêmes les prévoient et les conçoivent. Or Sépanormal et Sanesefaipa, dans l'ensemble, trouvent qu'il existe dans le sport trop de choses qui ne sont pas normales ou ne devraient pas être permises. 

Gottéron, franchement, c'est pas normal!

Le HC Fribourg-Gottéron qui rate son début de championnat? C'est pas normal, dit Sépanormal. Et l'équipe de l'Oberstleutnant Kossmann qui se prend 4-1 à Bienne? Ça ne se fait pas, a dit Sanesefaipa. Là, surtout, Sanesefaipa a été ulcéré de voir Arsène Wenger et José Mourinho se chauffer lors du choc Chelsea-Arsenal. Deux entraîneurs qui s'engueulent et se poussent, s'est indigné Sanesefaipa, ça ne se fait pas. 

Sépanormal, lui, s'est carrément emporté après le tragique accident de Jules Bianchi au GP du Japon. Un tel accident, aujourd'hui? Pas normal, a aboyé Sépanormal. Attends, Sépanormal: les accidents, ça arrive. Ils se produisent parfois dans une salle de bain ou dans une cuisine, alors ils peuvent bien survenir sur un circuit de Formule 1, non? Nâaan, a éructé Sépanormal. Un drame pareil, c'est pas normal, y'a forcément des responsables. 

La tricherie, ça ne se fait pas

Depuis toutes ces années, à chaque fois que tu as la malchance de tomber sur eux, Sépanormal et Sanesefaipa ne cessent de la ramener sur le sport. Airs dégoûtés, ton énervé et sentences définitives de ceux à qui il ne faut pas raconter d'histoires. Le dopage dans le cyclisme, par exemple, combien de fois Sanesefaipa l'aura dit? La tricherie dans le sport, ça ne se fait pas. Et le fric dans le sport, hein! Les salaires de fous que touchent les sportifs, toi, tu trouves ça normal? Ben moi pas, répète régulièrement Sépanormal.

La ramener sur le sport, pointer ce qui ne va pas, ces deux champions aiment ça. En plus, l'exercice n'est pas compliqué. Sur le sport, on peut la ramener partout: dans une soirée chez des amis, au bureau pendant la pause café, au bistrot à l'heure de l'apéro ou à la buvette pendant un match. Quand on tape sur le sport-spectacle et ses excès, on n'est jamais contredit, car tout le monde est d'accord avec vous. Et ceux qui ne le sont pas ferment leur gueule. 

Les fonctionnaires énervés de l'actualité sportive

Sépanormal et Sanesefaipa sont incapables d'exprimer un sentiment original, n'ont jamais réussi à énoncer autre chose que des clichés gros comme des paquebots, mais s'avancent donc en territoire conquis d'avance. Ce sont les causeurs casse-bonbons du sport, les fonctionnaires énervés de l'actualité sportive, les pugnaces vigiles des terrains de jeu. Il envisage le sport comme ils voient tout le reste: lourdement, gravement, tristement. 

Tu te dis que Sépanormal et Sanesefaipa, dans l'idéal, devraient s'intéresser à des sujets taillés à leur mesure. Collectionner les timbres, courir les expositions de verre pilé, se pencher la quinzième révision du sixième pilier, suivre les délibérations du Conseil d'Etat vaudois, lire les pages culturelles des journaux ou que sais-je! 

Les domaines chiants où tout se passe comme prévu, où tout le monde file droit et où tout cadre, ce n'est pas ça qui manque. Mais non, à rebours de leur nature, Sépanormal et Sanesefaipa ont choisi le sport. Vaste sujet qui a l'avantage, il est vrai, d'offrir un public à qui aime causer pour ne rien dire.

Casse-pompes, ces deux-là, mais pas si cons.

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00