La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

«Bullet Train», un huis-clos ferroviaire qui déraille

Un ancien cascadeur fait d’un train le théâtre d’un carnage

Brad Pitt filant à grande vitesse vers le gros n’importe quoi. © Sony Pictures
Brad Pitt filant à grande vitesse vers le gros n’importe quoi. © Sony Pictures

Etienne Rey

Publié le 02.08.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Bullet Train » Le Shinkansen, le train renommé pour être le plus rapide du monde, quitte Tokyo chargé de truands d’envergure internationale et reliés directement ou non par une mystérieuse mallette protégée par deux impitoyables tueurs à gage. Le jeu de cache-cache, d’entourloupes et de massacre peut alors débuter, au grand dam de Ladybug («la coccinelle» en anglais, interprété par Brad Pitt), embarqué à bord du convoi et chargé d’effectuer, en toute naïveté, une paisible mission de routine… Le décor est installé, le ton est donné, les enjeux sont assez simples et pourtant le film s’éternise en palabres et en digressions inutiles.

Avec sa présentation en grande pompe et en ouverture du festival de Locarno ce soir ainsi que son embargo sur la critique, Bullet Train, unique sortie

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11