La Liberté

La douleur d’une jeunesse hors père

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
A même pas 22 ans, Kacey Mottet Klein porte le film sur ses épaules de joli voyou. © Outside the Box
A même pas 22 ans, Kacey Mottet Klein porte le film sur ses épaules de joli voyou. © Outside the Box
Partager cet article sur:
23.09.2020

Kacey Mottet Klein rayonne dans Just Kids, drame tendre et punk sur des orphelins en quête de sens

Olivier Wyser

Just Kids » Une voiture abandonnée, portière ouverte, en pleine nuit dans un fossé à quelques mètres d’une voie ferrée. C’est avec ce plan fixe qui sent la mort au petit matin que s’ouvre Just Kids. Quelques secondes plus tard l’infime doute qui pouvait encore subsister est levé: le jeune Mathis, 10 ans, casse tout dans sa chambre. Il vient d’apprendre que son père s’est suicidé. Son grand frère Jack, 19 ans, tente de le maîtriser mais la douleur est trop forte… Il se dégage de ces premières minutes une énergie punk qui secouera de sa rage autodestructrice le nouveau long-métrage de Christophe Blanc jusqu’au bout.

Après une dizaine d’années d’absence et son thriller inégal Blanc comme neige avec François Cluzet et Olivier Gourmet, le réalisateur revient avec un projet h

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00