La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Adèle d’Affry, le masque et la plume

Marcello (suite). Parallèlement à sa carrière d’artiste, la native de Givisiez déployait sa plume de nouvelles en romans. Son visage d’écrivain sera éclairé par un colloque international et par deux publications de textes inédits.

«La Gorgone» de Marcello en 1865. © MAHF Primula Bosshard
«La Gorgone» de Marcello en 1865. © MAHF Primula Bosshard

Thierry Raboud

Publié le 08.11.2014

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Partager cet article sur:

Ils pensaient se plonger dans les écrits d’une artiste et femme du monde, ils ont découvert un écrivain. Après deux ans passés à étudier les documents déposés par la Fondation Marcello aux Archives de l’Etat (lire ci-dessous), Michel Viegnes et Simone de Reyff ne cachent pas leur enthousiasme: «A travers ses écrits, Adèle d’Affry a développé une voix singulière dont l’intérêt littéraire est évident». Sculptrice et peintre, la duchesse Colonna, née Adèle d’Affry et masquée sous le pseudonyme de Marcello, était donc aussi cette femme de lettres que les deux professeurs de l’Université de Fribourg entendent mettre en lumière lors d’un colloque international, ouvert au public, qu’ils organisent du 27 au 28 novembre.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00