La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Beaux-arts: A Genève, de l’humour belge aux cimaises

Le Flamand Wim Delvoye revisite les collections du Musée d’art et d’histoire de Genève et y insuffle un best of de son art. Drôle, ludique et… conservateur.

Dans le hall d’accueil du musée, une version «twistée» de Vénus et Adonis accueille le public. © MAH/Stefan Altenburger
Dans le hall d’accueil du musée, une version «twistée» de Vénus et Adonis accueille le public. © MAH/Stefan Altenburger

Samuel Schellenberg

Publié le 23.02.2024

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Demandez à Wim Delvoye d’émettre un avis sur l’art ou notre époque et il lâchera immanquablement quelques perles d’humour (belge). Que pense-t-il de la collection du Musée d’art et d’histoire de Genève, le MAH, qu’il a remixée dans L’ordre des choses? «C’est comme un grand marché aux puces et moi j’adore ça, ce n’est pas différent de Drouot ou Sotheby’s», ­célèbres maisons de vente aux enchères. Et qu’aime-t-il dans l’art? «Je suis autant intéressé par une nouvelle boîte de ­céréales Kellogg’s que par une œuvre d’art contemporain ou une sculpture d’Antonio Canova.» Par exemple la ­Venus Italica (1807-1810) sortant de son bain, recopiée en bronze pour y creuser un circuit de billes. Elle trône en fin de première salle, au rez-de-chaussée de la vénérable institution.

Du haut de ses 59 ans, l’artiste mondialement connu pour Cloaca (2000), grande machine fabriquant littéralement de la merde, prend en charge la quatrième «Carte blanche XL» du MAH. Et comme l’artiste Ugo Rondinone l

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11