La Liberté

Chaplin donne le ton

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le cinéma muet ne l’a jamais été, et celui de Chaplin encore moins (ici en 1918). © Roy Export Co Ltd
Le cinéma muet ne l’a jamais été, et celui de Chaplin encore moins (ici en 1918). © Roy Export Co Ltd
Partager cet article sur:
13.06.2020

En son manoir de Corsier-sur-Vevey, le vagabond monte le son et se dévoile en homme-orchestre. Visite en musique

Thierry Raboud

Exposition » Il fait le chef, c’est une fanfaronnade, agite sa baguette, se la fourre dans l’œil tandis que le tromboniste du premier rang lui botte le séant d’un coup de coulisse. Puis le voilà, avec une lavandière pour tout public, qui fait danser son archet frénétique sur un violon avant de choir dans sa bassine. Dans les années 1910, le vagabond moustachu fait ses premières gammes à l’écran, et le silence est un tintamarre burlesque.

Longtemps muet, toujours sonore, l’art de Charlie Chaplin. On le redécouvre en homme-orchestre dans une exposition de la Philharmonie de Paris que l’on doit à Sam Stourdzé, ancien directeur du Musée de l’Elysée, et qui a été passablement resserrée pour trouver place dans les combles du Manoir de Ban, à Corsier-sur-Vevey (VD). Ses portes ouvrent à nouveau

Même sujet
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00