La Liberté

Le mystère Antonio Bruni au musée

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Plénitude poya-mandala, 2004, Huile sur bois, d’Antonio Bruni. © Musée gruérien/ Collection particulière
Plénitude poya-mandala, 2004, Huile sur bois, d’Antonio Bruni. © Musée gruérien/ Collection particulière
Partager cet article sur:
17.06.2020

Le Musée gruérien expose un peintre ermite charmeysan jusqu’au 13 septembre. Une expérience

Guillaume Chillier

Bulle » C’est une porte qu’entrouvre le Musée gruérien, à Bulle. Une porte vers l’immense «théâtre imaginaire» d’un artiste aussi mystérieux qu’attirant. Une porte vers l’esprit tortueux d’Antonio Bruni. Vers le génie d’un peintre, la complexité d’un ermite, l’âme d’un punk érudit, le caractère d’un anarchiste, la liberté d’un hippie.

C’est que le Charmeysan d’adoption né à Belfaux en 1947 est une énigme artistique que personne n’a jamais vraiment résolue. Et que personne ne résoudra un jour, ce fils de tzigane étant décédé en 2008 dans son chalet des Blancs Ruz (ou Blanruz), face à la Chartreuse de la Valsainte. Où il a vécu depuis le milieu des années 1970.

Alors classer une &oel

Même sujet
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00