La Liberté

Internet vaut bien un Salon du livre

Partager cet article sur:
28.04.2017

Les libraires indépendants préfèrent séduire leurs clients grâce au web plutôt qu’avec un stand à Genève

Delphine Gasche

Vente »   Depuis quelques années, les libraires indépendants ont déserté le Salon du livre de Genève. La grand-messe, qui se tient jusqu’à dimanche à Palexpo, est jugée par certains chronophage et peu rentable. Les bouquinistes semblent désormais se tourner vers un autre média pour se promouvoir et parfois acquérir une nouvelle clientèle: les sites internet et les réseaux sociaux.

Oui, le libraire grisonnant, tranquillement assis derrière son comptoir ou feuilletant un livre dans ses rayons en attendant qu’un client ose pousser la porte de sa boutique, semble définitivement appartenir au passé. Aujourd’hui, le bouquiniste part activement à la recherche de sa clientèle sur la Toile.

«Un outil bienvenu»

«Le nerf de la guerre, c’est la rapidité. Les gens veulent obtenir leurs livres dans un délai très court», affirme Françoise Berclaz, propriétaire de la librairie La Liseuse, à Sion. «Dans cette perspective, internet est un outil bienvenu. Il nous permet d’être efficaces, de nous faire connaître et de résister aux plateformes en ligne, comme Amazon, qui proposent les mêmes livres que nous.»

Grâce à son site de vente en ligne, Françoise Berclaz a réussi à atteindre de nouveaux clients. «Il s’agit principalement de personnes qui ne peuvent pas se rendre sur place à cause de leurs horaires de travail ou de leur lieu de domicile», précise-t-elle.Véronique Overney, copropriétaire des librairies La Fontaine à Lausanne et Vevey, affirme également que son site de vente en ligne et sa page Facebook lui ont permis d’attirer «un public plus jeune avec des envies plus compulsives».

L’accueil chaleureux et personnalisé, souvent mis en avant par les libraires, n’est-il pas mis à mal par les ventes en ligne anonymes? «Absolument pas», assure Véronique Overney. «Toutes les commandes sont regardées avec attention par nos libraires. Si une anomalie est remarquée, comme un livre en anglais au milieu de cinq en français, nous téléphonons à notre client pour vérifier.»

Coût élevé

A l’instar des deux commerçantes, les libraires suisses sont nombreux à être présents sur la Toile. «Presque tous nos mem­bres ont un site», affirme Dani Landolf, secrétaire général de l’Association suisse alémanique des libraires et éditeurs. Côté romand, le constat est similaire. «Tous nos membres libraires actifs ont un site», ­affirme Jacques Scherrer, secrétaire général de l’Association romande des diffuseurs, éditeurs et libraires.

Contrairement à Françoise Berclaz et Véronique Overney, tous les libraires n’ont de loin pas de système de vente en ligne. Dani Landolf estime qu’environ la moitié de ses membres offre un tel service. Jacques Scherrer n’a lui pas pu donner de statistiques.

En cause: les coûts élevés de ces sites. «Les librairies indépendantes sont de petites entreprises avec de petits chiffres d’affaires et peu de marge. Elles n’ont pas toujours les moyens de développer des sites de vente en ligne», explique Jacques Scherrer. Dani Landolf regrette de son côté que «les solutions de vente en ligne pour les libraires indépendants fassent défaut».

Deuxième vitrine

Les libraires qui ne font pas de vente en ligne utilisent internet pour avoir une meilleure visibilité. Comme une sorte de deuxième vitrine. Sites et réseaux sociaux sont utilisés pour se présenter, communiquer ses événements – rencontres ou dédicaces avec les auteurs – ou encore partager ses coups de cœur. Avec cet avantage qu’ils permettent d’atteindre un public plus vaste avec plus de facilité.

«Par courriel, nous pouvons atteindre entre 250 et 300 personnes. Sur Facebook, si les gens partagent notre post, un événement prend tout de suite plus d’ampleur», explique Céline Bosson, gérante de la librairie L’Etage, à Yverdon-les-Bains.

Jacques Houssay, un des six gérants de la Librairie du Boulevard, à Carouge, concède lui que «grâce aux réseaux sociaux, nous devons fournir moins d’efforts pour que l’information parvienne aux jeunes».

Internet n’est toutefois qu’un outil comme un autre, selon lui, pour conforter une assise déjà existante. «Si la librairie n’a pas une identité forte et une clientèle de base, ce n’est pas internet qui va les lui créer», insiste le libraire de 40 ans. «Rien ne remplacera le rapport direct avec les gens.» ATS

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00