La Liberté

James Ellroy, l’œuvre au noir

L'écrivain américain James Ellroy pose lors d'une interview accordée à l'agence de presse EFE à Madrid EPA/Emilio Naranjo © EPA/Emilio Naranjo
L'écrivain américain James Ellroy pose lors d'une interview accordée à l'agence de presse EFE à Madrid EPA/Emilio Naranjo © EPA/Emilio Naranjo
22.11.2019

L’écrivain américain continue d’évoquer les heures sombres de Los Angeles dans La Tempête qui vient, fresque policière définitive

Jean-Philippe Bernard

Polar » Voici venir la fin des temps. En ce 31 décembre 1941, le déluge annoncé par les Saintes Ecritures noie la cité des Anges. Le soleil a disparu, volé par on ne sait trop quel démon hilare. Bientôt 1941, année maudite, va mourir dans le fracas des feux d’artifice. Tout ça, c’est pour le folklore, car le cœur n’y est pas. De fait, 1942 ne s’annonce pas sous de meilleurs auspices. La Californie, comme l’Amérique tout entière, est encore sonnée par l’attaque japonaise sur Pearl Harbor qui, le 7 décembre dernier, a éparpillé la flotte US façon puzzle. Désormais, les «Japs» sont perçus comme les individus les plus vils de la terre, des sous-hommes dont il faut se débarrasser avant d’espérer le retour des jours heureux. Même ceux qui, hier encore, vivaient parfaitement int&ea

Même sujet
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00