La Liberté

La plus haïe de France

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
17.10.2015

Daniel Fattore

Philippe Jaenada

On a dit qu’elle était la femme la plus haïe de France. L’écrivain Philippe Jaenada s’est penché sur Pauline Dubuisson, soucieux de lui rendre justice. Avec La petite femelle, il confirme son talent de biographe, révélé en 2013 avec Sulak.

En 1951, Pauline Dubuisson tue son ancien amant. Fait divers, crime passionnel? Peu importe pour l’opinion publique, qui la condamne illico. Celle-ci est omniprésente dans La petite femelle, par le biais des titres de chapitres. Ils présentent une femme comédienne, vive, intelligente et belle, mais aussi sans cœur et méchante.

Femme libre avant l’heure, Pauline Dubuisson fascine et dérange. L’auteur en dessine un portrait exact, alternant grande histoire et anecdotes. Cela, grâce à l’analyse critique des sources, la dernière étant Je vous é

Même sujet
suivez-nous sur insta

 

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00