La Liberté

Les ordinateurs, ces nouveaux lecteurs

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Les technologies numériques permettront peut-être d’éclairer les «Confessions» de Jean-Jacques Rousseau d’un jour nouveau. © Photomontage JS/D'après un dessin de Gleyre, gravé par Thévenin
Les technologies numériques permettront peut-être d’éclairer les «Confessions» de Jean-Jacques Rousseau d’un jour nouveau. © Photomontage JS/D'après un dessin de Gleyre, gravé par Thévenin
Partager cet article sur:
19.12.2015

Littérature. La rencontre des sciences humaines et des technologies numériques ouvre de nouvelles perspectives. Notamment dans le domaine des lettres où Fribourg se démarque. Les chercheurs polyvalents restent denrée rare.

Thierry Raboud

Imaginons qu’un rat de bibliothèque rencontre un geek: leur communication risque de s’avérer difficile. Autres intérêts, autre vocabulaire. Et pourtant, la recherche scientifique aurait beaucoup à gagner de voir dialoguer lettrés et technophiles! La mise en commun de leurs compétences ouvre de nouvelles perspectives, aujourd’hui explorées à l’enseigne des «humanités numériques». Un terme très à la mode qui, sous ses faux airs d’oxymore, entend fédérer les multiples initiatives naissant à la frontière des sciences dites «dures» et de celles prétendues «molles».

Le mariage entre ces deux domaines est aussi audacieux que prometteur; les universités se lancent, les unes après les autres, de peur de ne pas être conviées à la noce. La Sorbonne parisienne est

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00