La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Récit: Jeu de masques en milieu psychiatrique

Récit: Jeu de masques en milieu psychiatrique
Récit: Jeu de masques en milieu psychiatrique

Daniel Fattore

Publié le 24.05.2024

Temps de lecture estimé : 1 minute

C’est sur un ton alerte que commence La voix des Saules, témoignage de l’expérience vécue par l’écrivaine Nathalie Skowronek dans le milieu psychiatrique. «Jusque-là, je pensais que ce n’était pas bien pour moi», dit l’incipit, ouvrant le récit d’une femme qui sort hardiment de sa zone de confort. Tout clame que cette expérience était faite pour la narratrice. Elle vit des surprises dont la vie a le secret, à commencer par les gens auxquels elle a affaire. Avec leurs galères, Josée, Mathias, Julia, Nour, Lina, Pierrot, Jimmy et Clémence sont les acteurs d’un jeu de masques révélateur.

Dans La voix des Saules, les mots sont des masques qui révèlent autant qu’ils cachent. Pertinente, l’auteure déroule le motif du masque au travers de la Noyée de la Seine, alias Resusci Anne, masque de plâtre familier et anonyme, comme des masques africains, qui disent la personnalité de ceux qui les portent. Si les personnages ont tombé leurs masques sociaux, ce sont eux qui, par leur franchise,

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11