La Liberté

Séductrice en diable

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Egon Schiele, La jeune fille et la mort (1915). © DR
Egon Schiele, La jeune fille et la mort (1915). © DR
Séductrice en diable
Séductrice en diable
Partager cet article sur:
21.11.2020

Jean-Michel Olivier » Sous influence nervalienne, l’écrivain genevois s’adonne au romantisme noir dans un conte hanté par une femme luciférienne… et par sa propre biographie.

Jean-Michel Olivier se joue du monde. Son œuvre, d’une trentaine d’ouvrages parfois primés, emprunte volontiers à la satire sociale ou à la fable voltairienne pour étaler ses sarcasmes littéraires. Regard d’ironie joueuse que l’écrivain genevois, ne renonçant pas aux stéréotypes, pose sur nos vacuités contemporaines aussi bien que sur cet éternel mystère féminin qui hante ses romans. Ceux-ci tracent un sillon cohérent dans lequel s’inscrit Lucie d’enfer.

On y retrouve le Simon de Passion noire (2017), passé de la trentaine à la cinquantaine, toujours aussi tourmenté par l’autre sex

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00