La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Vertige sur la presqu’île

Publié le 13.08.2022

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

Roman » «C’est pendant l’été 1968 que je tombais amoureux et que mon père se noya.» Comment lâcher un livre après une entrée en matière pareille? Quelques mots suffisent à Charles Simmons (1924-2017) pour passer de l’extase solaire au noir total en résumant du même coup l’infâme cruauté de l’univers. Les Locataires de l’été (1997, éditions Phébus) est apparemment le dernier roman de Simmons.

Apparemment disions-nous, car on parle ici d’un des écrivains américains les plus discrets du XXe siècle, un homme, lauréat dès son premier roman du prix Faulkner 1964, qui n’aura publié qu’une poignée de livres précieux. Les Locataires de l’été est le seul avec Rides (1978) à bénéficier d’une traduction française. L’histoire ici contée est tout aussi simple qu’inoubliable: sur une presqu’île, située non loin d’une ville dont on ne saura jamais le nom, Michael, 16 ans, passe ses longues vacances avec ses parents. L’adolescent, timide, rêveur, admire son père, un séducteur incorrigible. Ce

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Deux âmes correspondantes

    Dédicace » «Plus ou moins une correspondance», car c’est une jonglerie, un passe-passe littéraire fourmillant d’échos, de visions, de références, de...
  • pictogramme abonné La Liberté Midi en Amérique

    Festival » Il y a, en terres vaudoises, une enclave où les grands espaces ont élu domicile. A Oron, la Librairie du Midi ouvre depuis 2004 ses fenêtres sur...
  • pictogramme abonné La Liberté Un jour pour s’écrire

    Writing Day » Décrire une journée de la vie du monde. Telle était l’ambition de l’écrivain russe Maxime Gorki (1868-1936) lorsqu’il lança son idée d’un...
  • pictogramme abonné La Liberté Les liaisons verbeuses de Virginie Despentes

    La punk des lettres parisiennes fait grand bruit avec un roman à thèse(s) contrefait en Liaisons dangereuses. Mais sa logorrhée rap finit par essouffler
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11