La Liberté

Elina Duni, vagues à l’âme

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Il lui fallait Partir en solo (2018), pour mieux revenir en compagnie. Ici avec Rob Luft, Fred Thomas et Matthieu Michel. Nicolas Masson/ECM Records
Il lui fallait Partir en solo (2018), pour mieux revenir en compagnie. Ici avec Rob Luft, Fred Thomas et Matthieu Michel. Nicolas Masson/ECM Records
Partager cet article sur:
14.11.2020

La chanteuse albano-suisse dérive en nostalgie dans un nouvel album sorti hier

Thierry Raboud

Jazz » «J’ai fait tant de projets qui sont restés en l’air», chante Elina Duni dans les mots d’Aznavour. Nouveau suspens, l’Europe se claquemure. Mais la musicienne garde sa porte ouverte sur l’ailleurs, en couverture de Lost Ships, son nouvel album sorti hier chez ECM. On y devine la mer, promesse et tombeau. C’est un requiem aux damnés de l’horizon, par une fille de l’exil assignée à domicile. «On a joué le plus possible cet été, partout où l’on pouvait, Italie, Autriche, Kosovo… Puis tout s’est arrêté. J’ai beaucoup de colère en moi. Si cela devait continuer, il nous faudra oser la révolte. En attendant, à chaque jour suffit sa peine, et sa joie.»

On la rencontre à l’écran. Elle est à moitié chez elle, dans la pâleur lumineuse d’un ap

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00