La Liberté

Tempo, paroles et politique

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le rap français était plutôt underground, avant de se faire connaître dans les années 90 avec notamment IAM (ici à l’Estivale en 2009). © Julien Chavaillaz-archives
Le rap français était plutôt underground, avant de se faire connaître dans les années 90 avec notamment IAM (ici à l’Estivale en 2009). © Julien Chavaillaz-archives
Partager cet article sur:
30.07.2020

Le rap français est bien plus engagé qu’il n’en a l’air. La chercheuse Paroma Ghose en parle

Gilles Labarthe

Musique » Tandis que l’attention des médias francophones se focalise beaucoup sur le côté violent, bling-bling et machiste du gangsta rap, imitant des hits américains, ou les succès commerciaux et d’audience de l’électro-rap, bien d’autres malentendus font écran à une compréhension plus approfondie du rap français. Pourtant, ce dernier transmet d’importants messages politiques aux jeunes générations. Chercheuse de l’Institut des hautes études internationales à Genève, Paroma Ghose a écouté des milliers de ces chansons. Elle les a aussi entendues… et étudiées pour sa thèse de doctorat, soutenue cet été, sous le titre «Silence… On est en France»: Une histoire du rap et des «Autres» en France, 1981-2012. Interview.

Quel

Même sujet
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00