La Liberté

Des bancs en voie de disparition

Publié le 30.09.2022

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

Pas une semaine sans que les avantages des transports en commun ne soient rappelés à Fribourg. Les transports en bus sont présentés comme la solution de déplacement la plus attractive et la plus confortable.

A Fribourg, force est de constater que le volume de passagers n’est pas suffisant pour offrir des cadences de 3 à 4 minutes comme nous les trouvons dans les grandes villes. Chez nous, les cadences surviennent plutôt au rythme de 7 à 15 minutes. Il faut donc patienter aux arrêts de bus.

Comment la ville peut-elle demander à des utilisateurs d’attendre à un arrêt aussi longtemps, sans banc pour s’asseoir ni abri pour se protéger des intempéries?

La ville et l’Agglo, laquelle gère sur mandat les transports urbains, pourront toujours se renvoyer la responsabilité de la suppression des bancs et des abris. Il n’en reste pas moins que la décence et le respect des citoyens devraient imposer d’offrir sièges et abris aux utilisateurs les plus vulnérables qui empruntent les transports publics.

Comment admettre qu’une personne âgée ou à mobilité réduite, malade ou faible, doive attendre debout sous la pluie, la neige ou un soleil battant, sans pouvoir s’asseoir ni se protéger des intempéries?

A une époque où les abris pour vélos sont requis et volontiers construits en de nombreux endroits en ville, il serait urgent de rétablir certaines priorités et remettre en place des abris pour les personnes.

L’appel est lancé pour des arrêts de bus qui offrent un minimum de confort et de protection aux utilisateurs.

Vitor Soares Pires, Le Centre Fribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11