La Liberté

Il était une fois un bouleau…

Nicole Prin, membre du collectif de la galerie Trait Noir à Fribourg

Publié le 30.03.2024

Temps de lecture estimé : 1 minute

Qui a osé, sans vergogne, sans respect ni considération, sans l’ombre d’un doute, trucider l’unique arbre de la rue du Pont-Suspendu à Fribourg? Qui a pensé, en catimini d’une fin de vendredi, dans l’indifférence et l’oubli, ignorant toute cohérence, à éliminer le compagnon de la fontaine de la Vaillance, le précieux bouleau? Qui sans cœur, sans souci, sans attention, sans respect, sans égard, qui donc a ordonné de terrasser près du chœur de la cathédrale, dix, quinze, vingt ans de vie, de ramure, de feuillage? Les préserver eût été une exigence, un devoir, les garder, un signe de noblesse, de dignité. Les épargner aurait fait preuve d’humanité, de courtoisie pour ses voisins, les habitants du quartier, d’amitié pour les oiseaux alentour. Qui a commis l’impensable, l’irréparable, nous obligeant désormais à tracer sur le bleu du ciel un trait noir d’encre et de larmes?

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • A propos des primes et des revenus

    L’initiative, à nouveau populiste, des tribuns PS veut lier les primes d’assurance-maladie au salaire. D’abord et surtout, les primes ne sont pas des impôts,...
  • La Suisse peut faire mieux

    Universitaire handicapé des deux bras, camarade de classe du regretté vice-chancelier de la Confédération, feu André Simonazzi décédé tragiquement le 10 mai,...
  • Santé: on nous mène en bateau

    Lorsque l’on écoute les beaux discours lissés de Mme Elisabeth Baume-Schneider, conseillère fédérale, à propos de l’initiative pour le plafonnement des primes...
  • Le oui s’impose!

    Depuis l’introduction de l’assurance-maladie obligatoire, les primes n’ont fait qu’augmenter. Les montants à payer par les familles, les personnes âgées et de...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11