La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

En Suisse, les juifs s’étaient défendus

Dans les années 1930, alors que l’idéologie nazie progressait en Suisse, les juifs ont dénoncé devant la justice bernoise l’un des plus grands brûlots antijuifs de l’histoire: «Les Protocoles des sages de Sion».

Sortie du procès des «Protocoles des sages de Sion», en mai 1935 à Berne. Le propagandiste nazi et défenseur des accusés, Ulrich Fleischhauer, se trouve au centre de l’image, reconnaissable à son porte-cigares. Keystone
Sortie du procès des «Protocoles des sages de Sion», en mai 1935 à Berne. Le propagandiste nazi et défenseur des accusés, Ulrich Fleischhauer, se trouve au centre de l’image, reconnaissable à son porte-cigares. Keystone

Pierre Köstinger

Publié le 17.11.2013

Temps de lecture estimé : 10 minutes

Partager cet article sur:

Son nom signifie littéralement le «boucher». En ce jour de printemps 1935, dans la salle du Tribunal de Berne, le propagandiste nazi Ulrich Fleischhauer aboie ses arguments à la manière de son Führer, Adolf Hitler. Il a été envoyé d’Allemagne pour défendre, en qualité d’expert, Theodor Fischer et Sylvio Schnell.

Les deux hommes se retrouvent sur le banc des accusés pour avoir distribué, devant le casino de Berne en 1933, plusieurs exemplaires des «Protocoles des sages de Sion», l’un des plus grands pamphlets antisémites du XXesiècle après «Mein Kampf».

Face à eux, plusieurs membres des communautés israélites suisses qui ont solidement préparé leurs arguments, bien déterminés à faire interdire la diffusion de cet ouvrage qui aurait été rédig

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11