La Liberté

«Cette réforme est trop libérale»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Malgré tous ses côtés prometteurs, l’usage de la blockchain, pour effectuer ses paiements par exemple, devrait être mieux cadré. © Keystone
Malgré tous ses côtés prometteurs, l’usage de la blockchain, pour effectuer ses paiements par exemple, devrait être mieux cadré. © Keystone
Partager cet article sur:
12.02.2020

Le Conseil fédéral veut adapter des lois à la blockchain. Et suscite l’ire de l’expert Carlo Lombardini

Yves Genier

Technologie financière » Cela aurait dû n’être qu’un toilettage technique, une manière d’adapter à l’arrivée de la blockchain (dite aussi «technologie du registre distribué», TRD) diverses lois régissant les transactions financières, du Code des obligations à la loi sur les poursuites en passant par celle sur les banques. Or, le projet soumis par le Conseil fédéral aux Chambres à la fin 2019, et qui doit être examiné par les commissions de l’économie et des redevances, suscite les vives critiques d’un expert, Carlo Lombardini, avocat à Genève et professeur associé à la Faculté de droit de l’Université de Lausanne et administrateur de plusieurs banques.

Quel est l’apport de la blockchain?

Carlo Lombardini: Cette technologie vaut la peine d’être essayée. Mais ce qui me fait peur, c’est le manque d’esprit critique des médias qui en font état dans divers projets de start-up, alors que très peu d’expériences ont été faites pour le moment. Je pense

Dans la même rubrique
suivez-nous sur insta

 

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00