La Liberté

Des hausses en bons d’achat

Publié le 23.11.2022

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

Migros » Le géant orange augmentera les salaires l’an prochain en partie avec des bons d’achat.

Le géant de la distribution Migros augmentera en 2023 les rémunérations de ses collaborateurs et collaboratrices dans une fourchette oscillant entre 2 et 2,8%. Une partie de cette hausse peut prendre la forme d’une gratification unique, sous forme de bons d’achat. Les salaires minimaux seront quant à eux de nouveau étoffés de 100 francs d’ici 2024.

Les syndicats Unia et la Société suisse des employés de commerce jugent que les résultats des négociations salariales chez Migros sont «clairement insuffisants», car l’absence de compensation intégrale du renchérissement entraîne une perte de salaire réel pour les bas salaires jusqu’à 5000 francs.

Les économistes prévoient que l’inflation devrait s’inscrire entre 2,8 et 3% en 2022 et osciller de 1,5 à 2,7% l’année prochaine.

«Les membres d’Unia travaillant chez Migros sont particulièrement choqués par le fait que jusqu’à la moitié de ces augmentations peut être distribuée en bons d’achat Migros», indique le syndicat dans un communiqué. Unia souligne que ces bons ne permettent pas de hausse salariale durable, pourtant indispensable dans un secteur essentiellement féminin et où les rémunérations sont inférieures à la moyenne des salaires suisses.

Avec la nouvelle convention collective nationale de travail, les employés du spécialiste du commerce de détail bénéficieront également à partir du 1er janvier 2023 d’au moins 800 francs pour les offres Migros dans les domaines de l’Ecole-club, du fitness et des loisirs ainsi que de modèles de congé parental flexibles, a communiqué hier Migros.

A partir de 2024, avec une hausse de 100 francs, le salaire minimum pour les fonctions sans apprentissage préalable sera de 4200 francs. Il passera à 4300 francs pour une fonction nécessitant deux ans d’apprentissage et à 4600 francs pour un poste demandant quatre ans d’apprentissage.

La revalorisation des salaires minimum est l’unique point que les syndicats Unia et la Société suisse des employés du commerce saluent.

Cependant, Unia regrette également les différences de salaires entre les régions alors que le groupe vend «les mêmes produits au même prix» dans la toute la Suisse. ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11