La Liberté

Les «vautours» fondent sur Bayer

Prêt à fondre sur sa proie, l’investisseur Paul Elliott Singer garde un œil sur Bayer. © Keystone-archives
Prêt à fondre sur sa proie, l’investisseur Paul Elliott Singer garde un œil sur Bayer. © Keystone-archives
09.07.2019

Depuis le rachat de Monsanto et du glyphosate, un démantèlement du géant allemand n’est pas exclu

Thomas Schnee, Berlin

Agrochimie » Le conglomérat Bayer, spécialisé dans la pharmacie et l’agrochimie, est-il promis à un prochain démantèlement? Le naufrage moral et juridique du groupe allemand se poursuit après son rachat en 2018 de Monsanto, dont le produit phare, le glyphosate (désherbant), est la cible d’une polémique sur d’éventuels effets cancérigènes. Plusieurs événements récents donnent des indices pas très rassurants sur l’avenir de la multinationale allemande, qui emploie 118 000 personnes.

Acharnement

L’information la plus marquante est sans doute, à la fin juin, une annonce du fonds d’investissement Elliott Management qui dévoilait avoir acquis environ 2% du capital de Bayer. Sans dévoiler clairement ses intentions, le président du fonds, Paul Elliott Singer, estimait dans un communiqué que «le bas cours actuel de l’action de Bayer ne reflétait pas la valeur significative des différentes unités d’affaires, non plus que le potentiel de création de valeur d’au moins 30 milliards d’euro

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00