La Liberté

Tout le monde s’y met

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le cimentier Holcim est l’un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre de Suisse. Mais il s’est engagé à réduire son empreinte carbone, ce qui le rend éligible aux yeux des investisseurs durables. © Keystone
Le cimentier Holcim est l’un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre de Suisse. Mais il s’est engagé à réduire son empreinte carbone, ce qui le rend éligible aux yeux des investisseurs durables. © Keystone
Partager cet article sur:
13.09.2021

Sous la pression d’investisseurs, toujours plus d’entreprises annoncent une future neutralité carbone

Yves Genier

Investissement » En dépit du rejet de la loi sur le CO2 en votation, en juin dernier, toujours plus d’entreprises, grandes et petites, divulguent leurs plans pour arriver à la neutralité carbone d’ici à 2050. Ces annonces ne sont pas que des exercices de marketing: outre la pression des investisseurs, elles répondent aussi à des exigences légales et tentent de parer à des risques économiques de mieux en mieux identifiés, explique Marie Owens Thomsen, responsable de la stratégie d’investissement dans la finance «verte» chez Lombard Odier, l’une des banques de gestion de fortune les plus actives dans ce domaine.

Le monde de la finance semble s’être converti aux exigences climatiques. Comment l’expliquez-vous?

Marie Owens Thomsen: L’action de certains gouvernements a été déterminante: lorsque l’Union européenne unifie les critères d’analyse de la finance verte et qu’elle élève les coûts des droits de polluer, elle incite fortement les investisse

Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00