La Liberté

Un bracelet à la conquête du monde

Le bracelet électronique doit favoriser une meilleure réinsertion de l’ex-détenu dès sa sortie de prison. © Keystone
Le bracelet électronique doit favoriser une meilleure réinsertion de l’ex-détenu dès sa sortie de prison. © Keystone
10.09.2019

Sur le marché mondial de la surveillance électronique, une jeune entreprise jurassienne s’est imposée

Armando Mombelli, swissinfo

Le Noirmont » Moins coûteuse et plus appropriée d’un point de vue humain et social, la surveillance électronique se répand dans le monde entier pour les peines de courte durée. En l’espace de quelques années seulement, l’entreprise suisse Geosatis a réussi à devenir l’un des principaux fournisseurs de bracelets électroniques à l’échelle internationale.

«Aujourd’hui, on se rend de plus en plus compte que la détention ne représente pas la meilleure solution pour les auteurs d’infractions légères. En prison, ils risquent de subir des influences négatives de la part de détenus qui ont commis des délits graves. Et ils se retrouvent complètement coupés du monde: quand ils recouvrent la liberté, ils sont souvent perdus, n’ont plus de travail et, parfois, même plus de domicile», relève François Vigier, responsable de la communication de Geosatis.

Alternative à la prison

«L’objectif, poursuit ce dernier, de la surveillance électronique est de proposer une alternative à l’empriso

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00