La Liberté

Halte à ce projet d’annexion!

Publié le 17.06.2020

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

En mai dernier, le comité de pilotage de l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg annonçait le report de la fusion, pandémie oblige. Bien que ce projet soit «arrivé à maturité», il a préféré opter pour la voie la plus responsable (sic). Le préfet osait même dire que «la crise nous a appris la modestie». Dont acte.

Le Conseil d’Etat quant à lui souhaite faire de ce nouveau calendrier une opportunité. Enfin un peu de clairvoyance. Car ce report doit être l’occasion unique de revoir ce projet de fusion, qui a été mal géré dès le début. Première décision de la constituante? Le maintien de l’emploi pour tous. Or qui dit fusion dit synergie, économies d’échelle et efficience des services. Alors pour qui, le miroir aux alouettes? Le fonctionnaire ou le contribuable? Peut-être bien les deux.

Au niveau des autorités politiques de la nouvelle ville, après d’innombrables variantes, l’on nous présente un compromis à sept pour l’exécutif. Pourquoi ne pas donner un siège à chaque commune, le temps d’une législature transitoire, et ainsi impliquer chaque partenaire sur un pied d’égalité? Le slogan de la fusion n’est-il pas «plus fort ensemble»? Il semblerait que la capitale ne soit pas prête à un tel compromis avec ses vassales, pardon, ses voisines!

Elle se ferait par contre un plaisir d’accueillir les employés des huit autres communes au sein de sa caisse de pension qui est, je cite, «assainie». Les futurs cotisants, et les contribuables, apprécieront. Il est grand temps de revoir ce qui n’est rien d’autre, selon moi, qu’une annexion et la transformer en réel projet de société.

Ian Peiry,

Villars-sur-Glâne

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Le défi et le désir

    Poésie » L’Iranienne Forough Farrokhâd exprime avec singularité et simplicité les espoirs et désespoirs d’une jeune femme qui s’émancipe par l’écriture. Les...
  • pictogramme abonné La Liberté Un amoureux du bois au perchoir

    Mario Parpan, théologien et charpentier, est le premier citoyen de la capitale. Rencontre au chantier
  • pictogramme abonné La Liberté Une touche de douceur

    Nathalie Wyss est libraire et autrice de livres pour enfants. Dans ses albums, elle trouve les mots pour aborder des sujets graves avec légèreté
  • pictogramme abonné La Liberté Délices d’initiés

    Au Kunstmuseum de Berne, les Nabis étincellent grâce à la collection Hahnloser/Jaeggli, qui s’apprête à quitter la capitale pour Winterthour
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00